Londres, à Colmar (2011)

Je suis allée au Salon maison déco London quelques semaines à peine après mon séjour dans la capitale britannique, ce qui a définitivement placé 2011 sous le signe de l’Angleterre.

J’ai bien aimé tout ce qu’il y avait à voir. Vaisselle, nourriture, défilé de mode, Mini Cooper, etc… étaient au rendez-vous pour une immersion dans un univers qui me plait depuis toujours.

Tellement classe, so British!

Les petits bonheurs # 196

Le dimanche soir est le moment où je me penche sur la semaine écoulée avec de la gratitude pour les jolies choses qui ont parsemé les derniers jours.

Il y a eu un ciel orange. Pas oranger, non orange. C’était magnifique.

J’ai fait du tennis avec Muriel et il était temps. On n’avait plus tapé la balle depuis le mois de juillet. Et puis j’ai pris un cours avec Stéphane qui est décidément très à mon écoute.

Il a plu et j’ai pris plaisir à mettre mes jolies bottes.

J’ai flâné à la librairie.

J’ai passé une super soirée avec Christelle, entre discussions sérieuses et moins sérieuses. Un vrai bon moment entre filles.

J’ai vu un écureuil.

J’ai passé une journée à la campagne. A me faire chouchouter.

Voilà, c’est tout pour cette fois !

Madeleines au coeur chocolaté

Quoi de plus réconfortant en cette période de chute des températures que des madeleines et au chocolat qui plus est ?

Pour environ 15 madeleines il faut : 3 oeufs, 100 g de sucre, 200 g de farine, 50 g de lait, 1 sachet de levure chimique, 100 g de beurre fondu, des carrés de chocolat.

La marche à suivre :

– préchauffer le four à 180°.

– mélanger les oeufs et le sucre.

– ajouter le beurre fondu, la farine, la levure et le lait.

– laisser reposer 1 heure au frais.

– déposer un peu de pâte dans le moule beurré, ajouter un carré de chocolat et recouvrir de pâte.

– cuire 20 minutes.

Nul besoin d’ajouter que ces madeleines sont parfaites à l’heure du thé !

Les petits bonheurs # 195

Et voilà, la semaine se termine. Il est temps que je vous livre les petits bonheurs qui ont parsemé les 7 derniers jours.

Il y a eu de la brume dans la plaine.

J’ai bu un verre avec Muriel que je n’avais pas vue depuis

J’ai échangé quelques mots avec Dominique. Et avec Manuel aussi.

Mes Ash sont comme neuves après un passage chez le cordonnier.

J’ai passé une agréable soirée chez Les Innocents avec JP et Virginie.

J’ai passé une journée en pyjama.

J’espère que vous avez également passé une bonne semaine et je vous souhaite une belle soirée.

Ma revue ciné de septembre (enfin…)

Le temps file, c’est rien de le dire. J’ai quand même réussi à voir 3 films en septembre, 3 films dont je vous parle enfin.

J’ai vu Petit Pays d’Eric Barbier dont l’histoire se déroule pendant le génocide au Rwanda. Le film met le spectateur à la hauteur d’un enfant dont le père est français et dont la mère est tutsie. On y voit le quotidien d’une famille que les événements va décomposer, au fur et à mesure de l’avancée de la tragédie dans le pays. Les scènes de vie alternent avec les scènes de violence et on voit comment un peuple qui vivait ensemble se déchire après un coup d’état qui a plongé le pays dans le chaos. L’enfance insouciante en Afrique est joliment évoquée, ainsi que les rêves d’un jeune garçon qui menait une vie protégée avant les heurts entre ethnies. C’est un film qui ne me laissera pas un grand souvenir. Je trouve qu’il n’apporte rien par rapport au roman. Dommage…

J’ai aussi vu La daronne de Jean-Paul Salomé. C’est l’histoire de Patience Hortefeux, une interprète judiciaire qui se retrouve à la tête d’un immense trafic de drogue. C’est l’histoire d’une femme à la fois forte et fragile, animée par le goût de l’aventure et de la dissimulation qui va rendre fous ses collègues de la brigade des stups. Malgré les déguisements et les maquillages qui la rendent outrageusement visible elle parvient à filer au nez et à la barbe de la police qui ne peut imaginer la double vie de cette héroïne. J’ai adoré le jeu d’Isabelle Huppert qui porte cette comédie à elle toute seule.  J’ai aimé ce film qui est également l’adaptation d’un roman, principalement parce que je suis une grande admiratrice d’Isabelle Huppert que je considère comme la meilleure actrice française.

Et puis j’ai vu Antoinette dans les Cévennes de Caroline Vignal. C’est l’histoire d’une femme qui entreprend une randonnée avec un âne, dans le but de rejoindre son amant. L’animal devient son confident, celui sur qui elle passe ses nerfs aussi. Le film est le portrait d’une femme amoureuse, impulsive et enthousiaste qui trouve son émancipation au fil du voyage. Cette héroïne nous insuffle une envie de liberté magnifiée par des paysages cévenols grandioses. J’ai aimé cette comédie en forme de conte pour son côté relaxant et la véritable bouffée d’oxygène qu’elle offre au spectateur.

Ces films ne sont pas des chefs-d’œuvre, loin de là mais ils se laissent gentiment regarder. Les avez-vous vus ? Qu’en avez-vous pensé ?

Les petits bonheurs # 194

Dimanche soir, le moment de vous parler des doux moments qui ont parsemé la semaine écoulée.

Mélanie m’a fait un soin du visage. C’était une belle surprise puisque j’avais rendez-vous avec Christelle au départ.

J’ai regardé Roland Garros à la télé, et notamment les deux finales.

Farid m’a appelée.

J’ai dîné à la campagne.

J’ai vu Pouic Pouic au théâtre, l’occasion de voir mon ami Nicolas sur les planches. Comme vous pouvez le voir sur le billet d’entrée, la pièce était initialement programmée en avril. J’étais en compagnie de Céline, Farid et Maman. Et Séverine nous a rejoints après le spectacle. Une chouette soirée !

J’ai passé une journée en pyjama.

Voilà, c’est déjà tout pour cette fois.

Ma panoplie de Roland Garros 2020

C’est pas parce que Roland Garros se déroule en automne que je suis moins assidue. Oh que non !

En revanche, pas de glace, pas de Perrier citron, pas de clim et pas de tenue légère pour regarder les matchs, même à la télé. Cette année ma panoplie est bien différente mais le plaisir de suivre les exploits des champions est toujours aussi grand. Parce qu’il n’y a pas de saison pour le beau jeu !

J’adore me lover dans un plaid, une tasse de thé bien chaud à la main tout en grignotant du pop corn devant ma télé. Et admirer le spectacle. C’est qu’on a déjà eu droit à de bien belles confrontations cette année. Moi je suis parée pour la suite du tournoi !

Les petits bonheurs # 193

La semaine se termine déjà. Elle a été plutôt sympa.

J’ai dégusté le jus du raisin vendangé la semaine dernière.

J’ai regardé Roland Garros à la télé.

Il y a eu de la brume dans la plaine. Et un beau lever de soleil.

Florence m’a appelée.

J’ai été contactée par un cabinet de recrutement.

Mon assurance auto m’a envoyé un chèque. Une fois n’est pas coutume et ça fait plaisir.

J’ai repris le train pour aller au bureau. Une nouveauté depuis le mois de… juin.

J’ai échangé quelques mots avec Dominique.

J’ai passé un après-midi à la campagne.

J’ai passé une journée en pyjama.

Les petits bonheurs # 192

J’aurais voulu poster ces petits bonheurs hier mais je ne me sentais pas bien et la seule chose à faire était de me mettre au lit plutôt que face à mon ordinateur. Voici donc la fournée de la semaine dernière avec un peu de retard.

Farid m’a fait suivre une offre d’emploi. De quoi bien poursuivre ma recherche.

J’ai mangé des sushis végétariens. Miam !

La pluie est arrivée et l’atmosphère automnale avec elle. Que j’aime cette période de l’année.

J’ai ressorti mon beau gilet kaki et doré de mon dressing.

Il y a eu un superbe arc-en-ciel.

J’ai dormi à la campagne.

J’ai fait les vendanges.

J’ai regardé les premiers matchs de Roland Garros à la télé, avec autant d’assiduité qu’en temps normal.

Et voilà ! Je vous souhaite une belle semaine.

Cheesecake aux abricots

Je reviens enfin avec une recette. J’ai passé mon tour en août, un peu par flemme, beaucoup par manque de moral. Mais ça y est, la gourmandise a repris le dessus !

Pour 1 cheesecake il faut : 1 pâte brisée, 400 g d’abricots au sirop, 400 g de lait concentré sucré, 250 g de ricotta, 3 oeufs, 80 g de beurre, 70 g d’amandes en poudre, 3 cuillères à soupe de farine.

La marche à suivre :

– préchauffer le four à 160°.

– fouetter la ricotta avec le lait concentré puis ajouter les oeufs sans cesser de battre.

– dans une poêle, faire fondre le beurre jusqu’à ce qu’il soit bien doré.

– griller les amandes en poudre sans matière grasse dans une poêle pendant 2 minutes.

– ajouter les amandes grillées au mélange crémeux avec la farine puis y mettre le beurre.

– tapisser un moule à tarte avec la pâte.

– verser la crème à la ricotta et couvrir avec les abricots (côté rond dessus).

– enfourner 40 minutes.

– laisser refroidir et déguster.

J’aime ce dessert aux saveurs acidulées qui s’accompagne avantageusement d’un thé rooibos à la fraise pour une agréable alliance fruitée.