# 45 – Sportif

Qui dit sportif dit tennisman et qui dit tennisman dit Novak Djokovic.

Je suis admirative de la carrière de ce joueur que je suis depuis de nombreuses années.

Cette photo a été prise en 2015, juste avant la finale du tournoi de Paris Bercy qui a opposé le Serbe à Andy Murray.

Djoko est sorti vainqueur de la confrontation, pour mon plus grand plaisir. Quel bonheur d’avoir assisté à cette victoire dans les tribunes, dans une super ambiance. Je m’en souviens comme si c’était hier.

Oui, un sportif peut procurer des émotions fortes qui laissent un souvenir impérissable. Et encore plus quand c’est le sportif qui a les plus belles jambes du circuit !

Les petits bonheurs # 72

Dimanche soir, le temps est venu de revenir sur ce qui m’a fait plaisir au cours des 7 derniers jours.

Comme l’année dernière, j’ai passé 2 jours aux Internationaux de Strasbourg, l’un en solo et l’autre avec Muriel et Viviane. J’ai vu de beaux matchs lors de la dernière journée du premier tour, avec notamment Dominika Cibulkova, Chloé Paquet, Pauline Parmentier et Samantha Stosur. Et puis j’ai assisté à la finale qui a couronné Anastasia Pavlyuchenkova après 3:30 de jeu et… 3 tie breaks !

J’ai apporté mon soutien à Sophie, ma gentille collègue qui a craqué ces dernières semaines, certes, mais qui a aussi en train de faire avancer les choses.

J’ai apprécié d’entendre les oiseaux au bureau.

J’ai gagné mon 2è match de poule. Je me suis imposée après 3 heures de jeu, 3 sets dont 2 tie breaks et… à la tombée de la nuit ! J’ai fait un bon debriefing de ce match avec mon coach qui m’a félicitée pour cette nouvelle victoire.

J’ai profité de la carte cadeau offerte par mes anciens collègues pour me payer une jolie brassière.

Mon amie Aurélie a eu un award. Elle a été récompensée pour son travail et c’est d’autant plus mérité qu’elle a traversé une période difficile il y a peu au bureau.

J’ai vu Shelby deux fois dans la même journée. J’ai passé une agréable soirée avec Muriel et une autre avec Jean, Katia et Maman pour le premier barbecue de la saison.

J’ai mangé les premières cerises et les premières fraises de l’année et j’ai pris un café avec Maman, avant d’aller au bureau. J’ai mangé un bon café liégeois aussi. Et j’ai bu du crémant.

C’était ma fête et plusieurs personnes me l’ont souhaitée. Je suis toujours (agréablement) étonnée de ça.

J’ai regardé les premiers matchs de Roland Garros à la télé.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui mais c’est déjà pas mal, non ?

Les petits bonheurs # 71

Voilà encore une semaine qui a filé ! Et voici ce que j’en retiens.

Je me suis réveillée à la campagne à 2 reprises et j’ai dîné sur la terrasse.

J’ai eu le premier numéro de mon abonnement à Glamour. Et j’ai eu un nouveau numéro de Tennis Magazine (mais je ne sais toujours pas qui m’a abonnée à cette publication. Mystère…!).

J’ai bu du Pulco tout en repensant au bon moment que j’ai passé avec Deedee il y a quelques mois.

J’ai récupéré ma raquette qui devait être nouvellement cordée.

J’ai croisé Catherine, une ancienne collègue.

J’ai rencontré des collègues sur un autre site. J’ai eu une bonne discussion avec Julien et avec Sophie. Et j’ai posé mon premier jour de congé.

J’ai entendu des grillons qui ont donné un air de vacances à l’apéro !

J’ai regardé (distraitement) le mariage de Harry et Meghan à la télé. C’est mon côté midinette !

J’ai renoué avec la victoire en battant Vanessa (qui travaille dans la même entreprise que l’homme que j’aime) (le monde est petit). Mon coach m’a félicitée pour cette victoire, m’a encouragée pour la suite et m’a donné de précieux conseils pour les 2 autres matchs de ma poule.

Je vous souhaite une bonne soirée et un agréable jour férié demain.

2 jours tout gris à Roland Garros

048

Comme l’année dernière j’avais des billets pour assister à 2 jours de tennis dans le temple français de ce sport que j’adore.

Comme l’année dernière j’ai vu 2 matchs de Serena Williams, son 1/4 de finale contre Yulia Putintseva et, dès le lendemain (météo pourrie oblige) sa 1/2 finale contre Kiki Bertens. Ces matchs avaient plutôt mal commencé pour l’Américaine qui a su, finalement, en immense championne qu’elle est, prendre le dessus sur ses adversaires. J’ai aimé la combativité de la joueuse venue du Kazakhstan qui a su s’imposer dans le premier set avant de subir la puissance de l’Américaine. J’ai aussi apprécié les prises de risque consenties par la Néerlandaise qui n’a pas du tout été intimidée d’affronter la meilleure joueuse mondiale sur le court central. Quel cran !

Comme l’année dernière j’ai eu la chance d’assister à un match de Novak Djokovic, mon chouchou. Son duel avec Tomas Berdych était présenté comme un choc ou un match piège pour le numéro 1 mondial mais la bataille a tourné court, tant le Serbe a été dominateur et 3 petits sets lui ont suffi pour se hisser en 1/2 finale.

J’ai également assisté à la 1/2 finale entre Andy Murray et Stan Wawrinka, un match que j’imaginais accroché et long. Mais là encore le spectacle n’a pas tout à fait été à la hauteur de mes attentes… l’Ecossais étant largement plus fort et plus combatif que son adversaire. Dans un sursaut d’orgueil Wawrinka a tout de même remporté un set pour le bonheur du public qui n’avait pas envie d’assister à une victoire expéditive. Le public en veut pour son argent !

En plus de ces matchs j’ai eu la chance d’assister aux entraînements de Serena Williams et de Stan Wawrinka. C’est toujours agréable et impressionnant de voir les champions de très près, quasiment au niveau du terrain. On se rend bien mieux compte de la vitesse de la balle et de la puissance des coups que lorsqu’on est dans les tribunes, plus loin de l’action. Et puis j’ai flâné dans les boutiques et les allées plus ou moins bondées, j’ai profité des transats installés face au grand écran sur la place des Mousquetaires.

Et j’ai acheté… une doudoune et bu… un chocolat chaud ! Le thermomètre a affiché 13° pendant ces 2 jours, faisant de moi une supportrice frigorifiée mais pas résignée ! Et au final j’ai passé un bon moment, bien emmitouflée !

Week end tennis

DSCN2854

Ca y est les ami(e)s, c’est la reprise ! La reprise de quoi ? me direz-vous. Eh bien la reprise de la compét’ ! Cette année encore, comme en 2014, j’ai décidé de participer à quelques tournois de tennis.

Et la saison a démarré de la plus belle des manières, par une victoire ! Oui, absolument !

Samedi je me suis réveillée pleine d’énergie et d’enthousiasme, boostée par les encouragements de mon coach et par le fait qu’il veuille que je lui transmette le résultat de mon match dès la fin de la partie. J’ai essayé de ne pas trop penser à mon match au cours de la journée, tout en me concentrant quand même. Pas facile… ! 16 :30, l’heure de la rencontre était enfin arrivée. J’ai bien observé mon adversaire dès l’échauffement, histoire de mettre la bonne tactique en place d’entrée de jeu. Il était clair que le point faible de Virginie était son revers, coup que je n’ai pas manqué de solliciter le plus souvent possible. Et puis j’ai pu m’exprimer comme j’aime le faire en retour de service, grâce à mon coup droit croisé. Quel bonheur de décider de faire quelque chose et de le réussir !

Après quelques péripéties au premier set (perdu 6-3), je me suis rebellée mais surtout je me suis canalisée et maîtrisée pour m’imposer facilement dans le 2è set (6-1 !). Puis j’ai continué sur cette bonne lancée pour finalement conclure assez aisément (6-3).

Quelle joie, quelle satisfaction, quel plaisir ça a été de gagner ce match, le premier depuis ma reprise du tennis en 2013 et depuis ma reprise de la compétition l’année dernière ! Que de chemin parcouru ! Je suis ravie de récolter les fruits des efforts consentis depuis 2 ans, des conseils engrangés et de cette motivation qui ne m’a jamais quittée depuis juin 2013.

Je dois dire que les félicitations de mon coach, son « On se souvient toujours de sa première fois » (quel coquin ce Stéphane !), ses encouragements pour mon 2è tour (youhou !), tout ça m’a boostée pour retourner sur le court avec le bon état d’esprit dès le lendemain !

Là où j’ai un peu déchanté c’est quand j’ai découvert le nom de mon adversaire du dimanche (Caroline contre qui j’avais joué l’année dernière) et surtout son classement, 3 échelons au-dessus du mien quand même…! La suite de l’histoire est assez prévisible : j’ai perdu en 2 sets (2 sets secs, 6-1 6-1, aïe !) mais j’étais tellement contente de cette expérience que rien n’a pu estomper mon sourire gagné la veille et qui illumine encore mon visage quand je pense ou que je raconte mon week end tennistique à mon entourage.

Cette expérience a été fabuleuse pour la confiance en soi, pour l’apprentissage de la compétition et dès lundi je me suis inscrite à mon prochain tournoi ! Rendez-vous sur les courts début mai. J’ai hâte !

Ma (toute petite) revue ciné de novembre

En novembre je n’ai vu qu’un film, ok, mais un film en allemand ! Une première pour moi qui habite à 2 pas de la frontière… mais ça c’est une autre histoire.

164456.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

J’ai vu Die Mannschaft d’Ulirch Voigt, Martin Christ et Jens Gronheid, une sorte de Les yeux dans les Bleus en version allemande. Le documentaire montre en 90 minutes (la durée d’un match de foot) l’intimité de l’équipe de foot allemande, de sa préparation en vue de la coupe du monde à la victoire le 13 juillet 2014.

Le film démarre sur les images de l’écrasante victoire de l’Allemagne face au Brésil (7-1) et sur l’explication d’un fait de jeu étonnant contre l’Algérie. Puis le film suit le cours de la compétition, match après match. Ces séquences sont agrémentées de témoignages du staff, d’images tournées pendant le repos, les entraînements (très physiques) et les visites organisées pour l’équipe, notamment dans des écoles brésiliennes. On vit aussi la compétition côté festif avec les chants, les bières, bref, la camaraderie qui règne dans cette formation à la fois très pro et très potache. A ce propos j’ai trouvé l’accroche du film très parlante « Es beginnt mit Begeisterung, es endet mit Disziplin » (ce qui signifie, pour les non-germanistes, « Ca commence avec de l’enthousiasme, ça se termine avec de la discipline. »).

Plus que l’exploit sportif, ce sont la cohésion du groupe et l’esprit d’équipe qui sont mis en avant dans ce film, venant illustrer la déclaration du joueur anglais Steven Gerrard : ”Le Brésil a Neymar. L’Argentine a Messi. Le Portugal a Ronaldo. L’Allemagne a une équipe !” Un esprit d’équipe et une joie qu’on retrouve dans les vestiaires, dans le bus, dans l’avion et bien sûr, sur le podium à Rio et lors du retour de la Mannschaft à Berlin où une foule immense a fêté le 4è titre mondial de l’Allemagne.

J’ai aimé ce film qui m’a replongée dans l’ambiance de la coupe du monde et qui permet de s’immiscer dans l’envers du décor, au plus près de ceux qui nous ont fait vibrer il y a quelques mois.