Le bilan de l’année 2017

Eh bien, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il était temps que je m’arrête un peu pour poser un regard sur l’année écoulée. Le temps passe tellement vite ma brav’ dame !

Je vais procéder comme d’habitude et reprendre point par point les « objectifs » que je m’étais fixés il y a environ un an, histoire de prendre conscience du chemin parcouru… ou pas.

J’ai poursuivi ma routine beauté cheveux – visage et j’ai pris du plaisir à me faire chouchouter, de me poser, de fermer les yeux et de ne penser à rien, si ce n’est à mes sensations lors de ces moments de détente.

Pour ce qui est de la déconnexion, c’est un gros fail… Je dois reconnaître qu’en 2017 j’ai été plus accro à mon téléphone et à mon ordi que jamais et ce à toute heure du jour et de la nuit… Twitter, WhatsApp, ma boîte mail, les blogs ont été très (trop ?) chronophages… Je ne peux que faire mieux !

Côté lecture ça a été un petit millésime. Mon compteur n’affiche que 8 livres et ce malgré le temps passé dans les transports en commun. J’aurais clairement dû mieux profiter de mes trajets quotidiens en train pour lire plus. Mais bon, on va dire que la quantité ne fait pas la qualité, hein ?!

Sur le plan professionnel, 2017 a été une réussite, une année qui m’a apporté un nouveau travail, de chouettes collègues et une hiérarchie compétente et bienveillante. Après mon licenciement il me fallait au moins ça pour retrouver confiance en moi, en mes compétences et en l’humain, rien de moins . J’ai découvert l’univers d’un site de production industrielle, un nouvel ERP, j’ai parlé allemand, etc… De quoi bien étoffer mon CV !

Je délaissé mon tapis de yoga cette année… mais plus à cause d’une douleur (satané tennis elbow…) que par choix. Je me suis en revanche sérieusement mise à la méditation et je peux que m’en féliciter.

Je ne suis toujours pas retournée aux fourneaux… Ca fait maintenant 2 ans que mon Kitchen Aid prend la poussière et j’avoue que ça me désole un peu…

En 2017 j’ai passé d’agréables après-midis et de belles soirées avec ceux que j’aime. Des heures à discuter, à boire et manger, à rire, à refaire le monde, à se confier. J’ai aussi revu d’anciens collègues, des belles personnes avec qui je n’avais jamais ou quasiment jamais passé un moment hors du contexte professionnel.

Mon nouveau travail et l’organisation qui l’a accompagné m’ont « obligée » à moins fréquenter les courts de tennis. Et je le regrette beaucoup. Pas seulement parce que mon classement s’en est ressenti mais aussi parce que le tennis est un sport que j’adore et dont j’ai besoin. J’ai pris des courts, certes, j’ai joué avec les copines, oui, mais je me suis très peu mesurée aux autres en compétition. A ma décharge il faut ajouter que la douleur au coude ne m’a pas vraiment incitée à m’inscrire à des tournois…

Alors, me direz-vous, comment qualifier l’année 2017 ? Eh bien, je dirais que c’était une année de transition, satisfaisante sur des points importants à mes yeux mais un peu morne sur le plan des loisirs et des divertissements. Il faut dire qu’après 2016 le défi pour retrouver de la légèreté était immense…