Une belle brasserie

DSCN2329

La brasserie Les Haras a ouvert il y a presque un an. Et depuis lors il est de bon ton de critiquer ce nouvel endroit strasbourgeois, à la fois pour son côté branchouille et pour sa cuisine… Pour en avoir le coeur net et me faire ma propre opinion j’ai décidé d’y passer une soirée, pour un dîner entre amis.

A notre arrivée (sous une pluie battante, chose banale en ce superbe mois d’août… hum…) notre BMW a été prise en charge par un voiturier. La classe. Et puis on a été accueilli avec le sourire dans la fameuse salle de restaurant. Agréable. On a été dirigé vers notre table, dans cet endroit mêlant à merveille ancien et moderne. J’ai beaucoup aimé l’ambiance feutrée, l’éclairage doux et… les fauteuils, hyper confortables. Mes amis qui ont fait banquette, eux, m’ont dit avoir été fort bien installés aussi.

Mais venons-en au vif du sujet, à la carte. Après l’apéro fait de bière artisanale et de cocktails JP a opté pour une tarte flambée traditionnelle et nous, les filles, on a choisi le foie gras d’oie « Haeberlin » (Marc Haeberlin est un chef étoilé de la région). Deux bons choix dans la veine alsacienne. Ensuite on a commandé l’entrecôte de boeuf « Herdshire » et le burger d’agneau aux épices d’orient. Virginie n’est pas venue à bout de l’énorme entrecôte mais les burgers ont été engloutis ! J’ai adoré ce burger au goût relevé côté viande et côté pain. En dessert on a choisi l’assiette du croqueur de chocolat, un pur délice pour les gourmands, très joliment présentée.

J’ai beaucoup apprécié ce moment dans un cadre historique très bien réhabilité où la cuisine dite de brasserie est de haut niveau. L’ambiance cosy offre une jolie parenthèse de calme, parfaite dans nos vies au rythme souvent infernal.

Doux souvenirs de rentrée

DSCN0131

Cette période de l’année fait invariablement remonter de tendres souvenirs à la surface de ma mémoire. Pour moi la rentrée a toujours été synonyme de bonheur, de renouveau, de promesses, bien plus que le 1er janvier que je n’arrive pas à fêter car il ne porte pas, à mon sens, un message personnel profond, il n’est qu’une date en somme.

Quand j’étais une enfant la rentrée c’était la joie de retourner à l’école ou de changer d’établissement scolaire. C’était aussi de longues heures passées avec mon père ou ma mère dans les librairies et les papeteries à choisir le matériel de l’année à venir. Je me souviens de ces moments avec émotion car c’est à peu près les seules fois où j’ai fait du shopping avec mon père qui n’est pas du tout fan de magasins (bondés ou non d’ailleurs). Et puis j’avais le droit de choisir ce qui me plaisait, sans restriction budgétaire.

La rentrée c’était aussi la joie de poursuivre d’anciennes activités et d’en découvrir de nouvelles. C’est ainsi que j’ai fait de la danse classique, du piano, du tennis. Je me suis certes lassée au fil du temps mais c’était toujours avec un enthousiasme authentique que je suis retournée aux cour(t)s jusqu’au jour où j’ai abandonné le sport ou la musique (définitivement ou temporairement !).

Et puis la rentrée c’était le moment de renouveler ma garde-robe et l’occasion de passer une journée à la grande ville avec ma mère. Il nous arrive d’ailleurs de perpétuer cette tradition et de flâner ensemble dans les boutiques de temps en temps, pas forcément à la rentrée. Et j’ai alors la nostalgie des jours d’autrefois, pleins d’insouciance et de bonheurs simples.

Aujourd’hui la rentrée représente tout simplement le souvenir de l’enfance et de l’adolescence avec ses espoirs et ses nombreuses perspectives. C’est l’envie de découvrir le monde, de rencontrer de nouvelles personnes, de goûter à de nouveaux plaisirs, c’est la vie quoi !

Résolutions

DSCN1592

Quoi, une liste de résolutions en plein mois d’août ? Ok, ça n’est pas vraiment de saison (quoi que… la rentrée est pour certains le moment de se remettre au sport, de se promettre de perpétuer les bonnes habitudes prises pendant les vacances, etc…).

En fait j’avais publié ces résolutions sur mon ancien blog en début d’année et je n’avais jamais pensé à les partager ici. Cet oubli est désormais réparé.

Voici donc le programme plaisir que je m’étais concocté pour 2014.

Continuer à prendre soin de mes cheveux et de ma peau. Et mettre plus souvent de la couleur sur mes ongles parce qu’acheter des vernis c’est bien mais les porter c’est tout de même mieux !

Aller à Hambourg pour poursuivre ma découverte de l’Allemagne.

M’abonner à un chouette magazine féminin.

Lire un livre par mois.

Continuer à prendre des cours de tennis avec mon super coach et améliorer mon jeu que je souhaite plus dynamique et plus constant. Et puis j’aimerais trouver au moins 2 partenaires avec qui jouer régulièrement, histoire de me « confronter » à quelqu’un. Je vais aussi essayer de faire un footing de temps en temps.

Comme en 2013 je souhaite pouvoir continuer à être perçue comme une oreille attentive et une présence apaisante pour ceux qui me sont chers. J’ai également envie de sortir plus souvent avec mes amis.

Lancer une nouvelle rubrique sur le blog.

Voilà ! Ce programme peut paraître modeste mais il me correspond bien et le but est de privilégier le plaisir, pas les contraintes. Il est dans la continuité de mes résolutions plaisir de 2013 avec le léger saupoudrage de nouveautés qu’il me faut pour me booster.

Pensez-vous que j’arriverai à tenir mes engagements ? Et vous, êtes-vous satisfaits de ce que vous avez accompli en 8 mois au regard de ce que vous vous étiez promis en début d’année ?

Onyx

DSCN2297

Ca yest, le 4è bracelet Fidji est arrivé ! J’ai craqué pour ce modèle argent et onyx, une variété d’agate.

J’aime beaucoup cette pierre opaque noire et j’associe très souvent ce bracelet avec l’un de ceux que j’avais déjà dans ma boîte à bijoux. Je trouve qu’il accessoirise parfaitement une tenue chic ou décontractée. En fait ce bracelet est une sorte de tout terrain !

Less is more côté maquillage ? Eh bien côté bijoux la simplicité et la légèreté c’est pas mal non plus !

Mon père est femme de ménage de Saphia Azzeddine

DSCN2265

Paul vit en région parisienne, à St-Thiers-les-Osméoles. Sa mère est paralysée, sa soeur, une enfant non désirée, participe à des concours de miss et son père est femme de ménage. Paul a redoublé la 4è mais a la volonté d’échapper à son destin grâce aux mots. Des mots qu’il découvre à la bibliothèque alors qu’il accompagne son père pendant le ménage.

Ce court roman très rythmé relate la recherche d’amour, de fierté et de reconnaissance d’un adolescent vivant dans une banlieue banale et triste. On suit le parcours familial, scolaire et relationnel de Paul (dit Polo) de la 4è à son obtention du bac. Les amitiés, les amours tiennent une place importante dans dans la vie de l’adolescent qui se compose de joies, de déceptions et d’espoir.

J’ai aimé l’écriture rapide et percutante de Saphia Azzeddine dont je n’avais pas encore découvert le style. J’ai aimé entamer ce livre et le terminer presqu’aussitôt. Je me suis identifiée au héros de cette histoire qui aborde des thèmes universels et qui m’ont replongée dans mon enfance et mon adolescence qui m’ont paru bien proche tout à coup !

Ce que dit la 4è de couverture : «  »Je l’aime mon père, mais j’ai du mal à l’admirer. Souvent, quand je le regarde, il est à quatre pattes, alors forcément ça manque un peu de hauteur tout ça… » Paul, dit Polo, a tous les complexes d’un adolescent de son âge. Entre une mère alitée et une soeur qui ne rêve que de devenir reine de beauté, le seul qui s’en sorte à ses yeux, c’est son père. Hélas, il est femme de ménage. Une honte de plus à ajouter à ses amours inexistantes et à sa cité parisienne lugubre. Son seul refuge : les mots. »

Le(s) thé(s) du matin

DSCN2294

Chez moi ou au bureau, la pause thé du matin est incontournable. Voici les breakfast teas qui sont sur mon podium, ceux que je savoure avec plaisir, sur mon canapé ou à la cafet.

J’aime beaucoup English Breakfast d’English Tea Shop. C’est un thé noir de Ceylan, bio et équitable, qui se présente sous forme de sachets pyramides dans une belle boîte rouge au décor délicieusement british.

Le Breakfast Tea de Twinings est une autre valeur sûre. J’aime ce thé de Ceylan en vrac que je me prépare les jours où je n’ai pas la flemme de sortir ma boule à thé. Feignasse, moi ?

Kusmi Tea propose un English Breakfast que j’apprécie beaucoup également. Il s’agit d’un mélange de thé de Ceylan et de thé d’Assam qui se présente en sachets mousseline.

Et pour finir je m’offre de temps à autre un mug d’English Breakfast Tea de Taylors of Harrogate que j’ai acheté au Food Hall de Selfridges à Londres (il y a bien longtemps…) *soupir*. C’est un mélange de thés d’Inde et d’Afrique, une véritable invitation au voyage.

Tous ces thés sont corsés, peuvent se déguster avec ou sans sucre ou agrémentés d’un nuage de lait. Moi je les savoure nature, tout simplement.