La citation de la semaine # 8

recite-ck5ro4

Entretenir la positive attitude, voilà ce à quoi je travaille depuis quelques temps. Et on peut dire que j’y parviens, globalement. Il y a bien sûr quelques embûches, quelques baisses de moral et de régime mais pas tant que ça finalement.

Cette semaine j’ai par exemple été ravie de la sortie de l’hôpital de quelqu’un qui m’est très cher (même si le chemin vers la guérison reste long) et j’ai profité à fond de 3 heures, oui, 3 petites heures avec Lui. Et puis j’ai aimé les giboulées de mars où se mêlent pluie, neige et vent qui ont ensuite laissé la place à un magnifique ciel bleu dégagé et ensoleillé.

Alors oui, le bonheur est une question de point de vue ! Et de disposition d’esprit. Bon week end les amis !

Le creux de la vague (et le silence)

SILENCE

J’ai du mal en ce moment. J’ai un moral bof bof. C’est pas cool mais j’ai « l’avantage » de savoir pourquoi je n’ai pas la pêche. C’est déjà ça… Le plus difficile n’est pas d’avoir le moral dans les chaussettes mais bien plus le fait de devoir préserver ceux qui sont à l’origine de cette situation, ceux qui me causaient déjà des tourments il y a quelques mois. Car oui, en plus d’avoir mal il est de bon ton de faire bonne figure, de ne pas mettre de pression, d’encaisser en silence quoi…

J’ai du mal à supporter que l’état de santé de l’un ne s’améliore pas vraiment. Chacune de mes récentes visites à l’hôpital a été un moment difficile. Le voir tellement affaibli et sentir qu’il se donne du mal pour ne pas m’avouer que son moral à lui aussi est en train de flancher est une épreuve. Chaque nouvel examen, chaque nouveau protocole en rajoute à son trop plein de médecins, d’attente dans les couloirs de cet établissement, de rebondissements pas forcément positifs, etc… Et moi je me sens tellement impuissante et inutile. Et pourtant il faut que je me montre forte, je ne dois pas ajouter ma vulnérabilité à son fatalisme… Car moi je vais bien ! Si, si !

Et puis, parce qu’un bonheur n’arrive jamais seul, ô joie, je ne vois plus l’autre ou presque plus pour être tout à faire honnête… Encore un peu et j’aurai oublié la douceur de sa peau… Encore un peu et je ne penserai plus à lui (on y croit…). En tout cas je me déshabitue de sa présence petit à petit depuis quelques semaines. Par la force des choses… Je m’oblige à sourire, à ne pas lui en vouloir pour son absence, à y croire encore mais tous ces efforts me paraissent tellement vains… Réprimer mon amour pour lui m’est particulièrement insupportable et pourtant il faut que j’y parvienne. Tout en lui foutant la paix ; il m’a clairement fait comprendre que lui parler de mes états d’âme serait contre-productif. Leçon retenue…!

Voilà, voilà… je nage donc en plein bonheur… Mais comme dit une de mes amies, ça va bien se passer ! Oui, certainement, mais pour l’instant j’avoue avoir du mal à voir les choses de manière tout à fait positive… mais j’y travaille !

Shopping doudou

DSCN1867

Certaines vont chez le coiffeur quand elles n’ont pas le moral. Je ne suis pas de celles-là, je n’aime pas vraiment aller chez le coiffeur, moi…

En revanche j’adore les sacs et les foulards et bingo, c’est ce que je me suis offert après une semaine bien merdique comme il faut…

J’ai jeté mon dévolu sur un joli sac rayé de la marque Fossil. J’adore sa couleur menthe à l’eau et la possibilité de le porter à la main ou en bandoulière. Astucieux ! Je l’avais repéré sur le blog d’Estelle où il m’avait immédiatement tapé dans l’oeil.

Et puis, après tout le monde (oui, des fois je suis TRES lente), j’ai craqué pour le motif flamand rose. J’aime la légèreté de cette couleur rose et la jolie bordure pompons de ce rectangle Lafayette Collection. De quoi mettre un peu de douceur dans ce monde de brutes !

Alors non, le shopping n’est pas le remède absolu à la morosité mais ça aide quand même pas mal !