Un délicieux Binz !

Il y a des traditions auxquelles je ne déroge pas, quelles que soient les circonstances. Et entre autres il y a le déjeûner dans un restaurant étoilé à l’occasion de mon anniversaire que j’ai instauré il y a quelques années et qui est devenu un incontournable qui me réjouit toujours autant.

Cette année j’ai mis le cap sur le Haut-Rhin, quelque part au mois de septembre. Oui, plusieurs mois après mon anniversaire (circonstances oblige, j’vous dis !).

Après une promenade dans le village viticole d’Ammerschwihr, sous un beau soleil et dans l’effervescence de la saison des vendanges, je me suis attablée chez Julien Binz qui a installé ses fourneaux ici fin 2015 et qui a déjà décroché une étoile au Michelin. Pas mal, non ?

On se sent attendu en arrivant ici. La porte s’ouvre avant d’avoir gravi les quelques marches qui conduisent à la réception intimiste du restaurant. Et le sourire est omniprésent. Bon point d’entrée de jeu !

En apéritif on a choisi un délicieux champagne. Pour moi c’est LE bon choix pour démarrer un repas de luxe.

Après une longue hésitation (tout parait délicieux sur cette carte) j’ai choisi le foie gras de canard légèrement fumé en entrée. Il était accompagné d’un chutney de figue. Mon invitée a également opté pour cette entrée et on est d’accord, c’était très bon !

Pour continuer j’ai savouré les médaillons de homard (en photo) accompagnés de pickles de betteraves, d’un gel litchi et de palets de riz. Mon invitée avait choisi la noisette de chevreuil, très joliment présenté avec sa sauce genièvre, sa polenta, ses pâtes de fruits aux myrtilles et sa mousseline de patates douces. Là encore, on s’est régalé !

Et pour finir sur une douce note sucrée j’ai dégusté une étonnante tarte tatin aux figues violettes caramélisées au porto servie avec un sorbet au fromage blanc. Mon invitée n’a pas résisté à l’appel du chocolat et plus précisément au feuille à feuille chocolat noisette accompagné d’une glace café.

Et, comme toujours dans les restaurants étoilés, le café a apporté une occasion supplémentaire de se régaler. Chez Julien Binz il est servi avec une guimauve, une forêt noire et du riz soufflé croustillant enrobé de chocolat. Miam et remiam !

J’ai tout aimé au cours de ce repas, de l’accueil au paiement de l’addition (oui, oui !) qui est l’occasion de rencontrer le chef en personne et tout en sourire. J’adore !

La cuisine est contemporaine mais ne tourne pas le dos à la tradition et mise sur les produits locaux et de saison. Vraiment dans l’air du temps en somme.

A noter que l’apéritif et les cafés peuvent être servis sur la terrasse si la météo le permet.

Vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement de faire une halte gourmande au Restaurant Julien Binz, 7 rue des Cigognes à Ammerschwihr (68770).

Son cadeau pour moi…

Ma grand-mère aurait eu 94 ans aujourd’hui…

Ce 24 juillet 2018 est le 3è anniversaire qu’on ne fêtera pas…

Mais, ce mardi est aussi un jour de joie parce que je joue le premier (et, espérons-le, pas le dernier) match du tournoi dans lequel je suis engagée.

En secret, comme une motivation supplémentaire, extra-sportive, je frapperai la petite balle jaune pour ma grand-mère chérie, elle qui m’a appris la persévérance, le goût de l’effort et la satisfaction du travail bien fait. Des ingrédients qui m’ont guidée depuis que je suis toute petite et dont je suis fière.

Je suis tellement reconnaissante que ma grand-mère m’ait transmis ces belles et grandes valeurs, ainsi que le goût des choses simples de la vie, telles qu’elle les aimait, elle aussi.

Avec tout mon amour, Mémé.

L’art entre en gare

Le musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg fête ses 20 ans cette année.

Pour cet anniversaire, Little by little, une oeuvre du duo américain Faile (Patrick McNeil et Patrick Miller), a investi la verrière de la gare.

Il s’agit d’un collage panoramique qui mêle des plans larges et des détails, des mots et des images, dans un immense travelling. Car l’oeuvre est inspirée du cinéma, de tous les genres du cinéma.

Les petits bonheurs # 64

Le dimanche soir, vous le savez, est le moment de se retourner sur les 7 jours passés pour n’en garder que le meilleur. Et le moins qu’on puisse dire c’est que cette semaine a eu son lot de bons moments.

J’ai envoyé la première lettre de démission de ma vie !

J’ai acheté une rose, 26 du mois oblige. Et puis j’ai allumé une bougie, en mémoire de Papa qui est décédé il y a 2 ans.

J’ai fait un peu de shopping en sortant du travail et j’étais chez moi avant 18:00. Sympa !

J’ai croisé le fils de ma voisine-qui-travaille-chez-Kronenbourg.

Un pot était organisé par le CE, pour fêter le printemps. Il y a eu un chouette buffet de pâtisseries et chacun a eu une boîte de chocolats. Il se trouve que c’était aussi mon dernier jour de travail dans l’entreprise et que j’avais apporté des viennoiseries pour mes collègues de bureau. Autrement dit, la gourmandise était à l’honneur pour mes dernières heures dans l’entreprise. J’adore l’idée ! Et en plus je n’ai travaillé que 4 jours. Eh oui, le Vendredi Saint est férié en Alsace.

Christelle m’a envoyé un message à l’occasion de l’anniversaire du décès de Papa et y a mis un petit mot à l’attention de Maman.

J’ai déjeuné avec Maman. Et j’ai passé une agréable soirée avec Muriel. La douceur (toute relative) nous a permis de faire notre première terrasse de l’année ! J’ai mangé du sorbet à la groseille et à la mangue. Miam !

Quelqu’un a joué du piano dans le voisinage.

J’ai emballé des cadeaux uniquement avec du matériel de récup. Et Olivier a apprécié ces présents et a été ému par cet anniversaire-surprise organisé par Mélanie pour ses 30 ans.

Je suis allée chez le coiffeur.

J’ai fait une sieste.

Bonne fin de journée qui n’est pas synonyme de fin de week end ! C’est chouette !

Pour mon anniversaire, 6 mois plus tard !

Le mois d’août a démarré ; il était temps que je fête mon anniversaire, moi qui suis née en… janvier !

Je n’avais pas le coeur à la fête en début d’année. Je venais d’être licenciée et mon objectif était de trouver du travail. Mais je m’étais promis de marquer le coup une fois que j’aurais décroché un contrat et après ma période d’essai. Et voilà, c’est chose faite ! Alors place à la fête des papilles !

Comme d’habitude depuis quelques années, j’ai réservé une table dans un restaurant étoilé. Quand on ne veut pas être déçu il faut miser sur des valeurs sûres ! Cette fois j’ai choisi une adresse à la campagne, dans les vignes, pour changer des restaurants à Strasbourg.

Après un accueil simple et souriant mon invitée et moi avons rejoint notre table, où on était confortablement installé sur une banquette garnie de coussins moelleux. Bon début !

En apéritif on a choisi le cocktail maison, le Clara, du crémant à la crème de griotte. Tout en le sirotant on s’est plongé dans la carte. Le choix n’a pas été facile. Tout était très alléchant. Pour les grandes occasions, je privilégie en général la carte aux menus pour encore plus de plaisir (et d’embarras au moment du choix !).

Pour démarrer notre festin on a choisi le cannelloni de foie gras de canard d’Alsace. Il était accompagné de gelée d’abricot, de tuiles aux amandes et de chutney à l’abricot. Un pur délice. Je n’avais jamais goûté l’association foie gras – abricot mais c’est une idée à retenir ! C’est fameux !

Pour poursuivre j’ai commandé les langoustines grillées à la plancha accompagnées de vermicelles de soja aux légumes et aux herbes et d’un bouillon de carapaces présenté dans une… théière ! J’adore l’idée !

Mon invitée a opté pour le filet de boeuf d’élevage français dont la cuisson était parfaite. La viande était accompagnée de beignets d’oignons en tempura verte, de petits légumes de saison et d’un mousseux de pommes de terre à l’ail. L’assiette était très joliment présentée, très appétissante.

Le restaurant propose des vins au verre et sur les conseils du sommelier j’ai savouré un délicieux Meursault et mon invitée a siroté un Lalande-de-Pomerol. Ces vins étaient par-faits !

Pour la touche sucrée j’ai choisi un dessert au chocolat, bien sûr ! Le saotoubo est un fondant tiède aux chocolats grands crus Caraïbes et Manjari parfumé à la fève de Tonka accompagné d’abricots à la verveine et de sorbet à la pêche.

Mon invitée s’est quant à elle régalée d’un millefeuille de framboises et cerises servi avec une mousse glacée au citron vert.

Le cadre calme, au décor à la fois traditionnel et moderne était parfait pour profiter d’un délicieux repas hors du temps et bien loin du quotidien. Comme d’habitude dans les restaurants étoilés le service était présent et attentionné mais pas pressant. Ce moment a été très agréable, j’ai savouré chaque instant, chaque bouchée, chaque gorgée et je m’en délecte encore.

Je vous recommande donc vivement Le Cerf à Marlenheim. Vous ne serez pas déçus, c’est certain. Le restaurant dispose aussi d’une terrasse qui m’a l’air bien agréable pour une parenthèse en extérieur.

Les petits bonheurs # 5

telechargement-1

Les semaines se suivent, ne se ressemblent pas, mais elles sont toutes jolies.

Cette semaine

  • je me suis promenée sous la pluie.
  • j’ai vu un ragondin.
  • j’ai mangé les (bons) restes de la galette des rois. Miam !
  • j’ai découvert le pop corn salé.
  • j’ai fait une sieste.
  • j’ai croisé mon médecin.
  • j’ai déjeuné avec Muriel.
  • j’ai croisé Nicole et on a échangé quelques mots.
  • j’ai croisé Etienne.
  • j’ai pris un cours de tennis, en pleine semaine et en plein après-midi.
  • j’ai acheté des cigares.
  • Alex et Farid m’ont appelée.
  • j’ai fait une grasse mat’. Se lever à 9 heures c’est bien faire une grasse mat’, n’est-ce pas ?
  • j’ai déjeuné avec Anas, Anton, Cédric, Kevin et Vincent.
  • j’ai bu une Kilkenny.
  • j’ai pris le thé avec Gaenor.
  • j’ai remanié mon CV.
  • j’ai covoituré avec Alex.
  • on a fêté l’anniversaire de Farid.
  • j’ai découvert le rhum malgache.
  • j’ai mangé du boudin.

Et vous, avez-vous passé une jolie semaine ?

Les petits bonheurs # 4

images-17

Les 7 derniers jours ont été froids dehors mais chauds dedans.

Cette semaine

  • j’ai passé une journée entière en pyjama, en mode cocooning.
  • j’ai eu mes 2 premiers entretiens en cabinet de recrutement et suite à l’un d’eux mon CV a été transmis à un employeur.
  • j’ai eu plein de gentils messages pour mon anniversaire, le jour même bien sûr, mais aussi les jours suivants.
  • j’ai siroté un kir cassis.
  • j’ai déjeuné avec Muriel.
  • j’ai souhaité un joyeux anniversaire à Isabelle, dans sa jolie boutique. Elle est née un jour après moi, d’où son surnom « la jeunette » !
  • j’ai tchaté avec un ex-collègue qui voulait savoir pourquoi j’ai été licenciée.
  • j’ai mangé un marron glacé.
  • j’ai acheté une rose rouge, comme chaque mois, le 26.
  • j’ai flâné dans les rues calmes de Strasbourg, sous un joli ciel bleu hivernal et sous le soleil aussi.
  • j’ai confié la peau de mon visage à la fée Mélanie, le temps d’un super soin hydratant (et relaxant !).
  • Mélanie m’a prêté un joli magazine, Calme, que j’ai lu confortablement installée dans mon lit.
  • j’ai passé quelques heures à Colmar.
  • j’ai déjeuné à la campagne.
  • j’ai croisé Gaenor.
  • j’ai mangé du munster.
  • j’ai mis un noyau d’avocat à germer sur le rebord de ma fenêtre. Tous les espoirs sont permis mais il faut savoir que je n’ai pas la main verte du tout, du tout, du tout !
  • j’ai voté au second tour des primaires de la gauche.
  • j’ai fêté mon anniversaire en tout petit comité. On a bien discuté et bien ri aussi.
  • j’ai bu du champagne.
  • j’ai mangé de la galette des rois. Il était temps !

Voilà encore une bien belle semaine qui s’achève !