Les petits bonheurs # 127

La semaine a filé, certainement parce qu’on a à nouveau eu droit à un jour férié !

Stéphane m’a fait la bise et c’est suffisamment rare pour être souligné.

J’ai fait du tennis 2 jours de suite. Une fois avec Stéphane donc, et une fois avec Muriel. Ca y est, je commence à retrouver mes marques sur terre battue.

J’ai croisé Florian, Francis, Gaston et Jean-Pierre au club.

Et dans ma rue j’ai croisé mes voisines Floriane, jeune chef de talent de son état, et Patricia avec qui j’ai discuté assez longuement.

J’ai pris ma mission arrosage de plantes très au sérieux chez ma voisine Catherine. Mission largement facilitée par le temps pluvieux ! Et pour me remercier, Catherine avait mis des bières au frais. Ca a du bon de travailler chez Kronenbourg !

J’ai trouvé le bon score pour mon pari sur le match France – Norvège au bureau. Le foot féminin intéresse visiblement pas mal de collègues.

J’ai pris un verre avec Isabelle. Comme l’année dernière on a trinqué à nos anniversaires respectifs. Elle est née un jour après moi, en… janvier. Il était temps qu’on se le fasse cet apéro !

J’ai déjeuné à la campagne et j’ai bien discuté avec ma mère. Ces moments sont toujours très agréables.

Mélanie a donné naissance à Augustin que j’ai hâte de rencontrer.

Vraiment, elle a été sympa cette semaine. Et vous, avez-vous passé de jolis moments ?

# 24 – Un air d’été

La météo est capricieuse. On a du mal à se dire que l’été sera là dans… 6 jours. Et pourtant !

En tout cas, tout le monde et le commerce aussi, est dans les starting blocks !

Crème solaire, chapeaux, maillots de bain, jouets de plage, etc… tout est prêt pour qui souhaite plonger dans l’été.

Cookies au chocolat

Je suis en retard pour la recette du mois de mai… Voici donc enfin la recette que j’avais sélectionnée pour le mois dernier (et que j’ai testé hier !), à savoir des cookies au chocolat, parce que le chocolat c’est la vie !

Pour une trentaine de cookies il faut : 1 oeuf, 175 g de farine, 125 g de beurre mou, 50 g de sucre blanc, 50 g de sucre roux, 1 sachet de sucre vanillé, 1/2 sachet de levure, 125 g de chocolat concassé.

La marche à suivre :

– préchauffer le four à 160°.

– dans un saladier mélanger les sucres avec le beurre.

– ajouter l’oeuf et mélanger.

– verser la farine et la levure, mélanger et ajouter le chocolat.

– disposer du papier sulfurisé sur une plaque de cuisson.

– former des petites boules et les aplatir légèrement avec le dos d’une cuillère à café.

– enfourner les cookies pendant 20 minutes environ. Ils paraîtront mous mais ils durciront en refroidissant.

Ces biscuits sont parfaits pour le goûter avec une tasse de thé bien sûr !

Les petits bonheurs # 126

Dimanche soir, déjà. Il est temps de se retourner sur cette agréable semaine.

Il y a eu de la grêle. J’aime ce phénomène climatique aussi surprenant qu’éphémère.

Muriel m’a rendu un petit service. Merci à elle.

Pôle Emploi a fini par mettre mon dossier correctement à jour.

J’ai vu un lézard.

J’ai assisté au concert de Vanessa Paradis. J’aime toujours autant son univers et sa voix reconnaissable parmi toutes.

J’ai croisé Christine que je voyais dans le train quand j’occupais le poste avant celui que j’occupe actuellement. C’était sympa de prendre de ses nouvelles et de discuter un peu.

J’ai passé une super soirées avec Christelle, Virginie et Viviane. Que ces moments entre filles sont agréables ! J’ai aussi passé une bonne soirée avec Muriel.

Je me suis offert une journée cocooning.

J’ai regardé beaucoup de tennis à la télé tout au long de la semaine avec l’apothéose aujourd’hui avec la finale de Roland Garros.

Et vous, vous avez passé une belle semaine ?

# 23 – Panneau

On passe directement du numéro 21 au numéro 23 du défi photo. J’avoue ne pas avoir eu envie de me coller à l’exercice la semaine dernière. Le thème « Rouillé » ne m’a pas inspirée du tout… Premier coup de mou de l’année pour ce défi, mais bon, c’est pas grave, hein ?!

Ce soir, alors que j’attendais le train j’ai vu ce panneau. Je le vois souvent, sans le voir en fait !

C’est donc du quai de la gare que j’ai pris cette photo, en fin d’après-midi. Elle est très représentative de mon quotidien et de mes efforts pour l’environnement.

Les petits bonheurs # 125

La semaine se termine. Qu’elle a été agréable !

J’ai passée de nombreuses soirées télé-tennis, Roland Garros oblige.

J’ai privilégié le train pour aller au bureau.

J’ai enfin joué sur terre battue avec Muriel. Merci la météo !

Maman a mangé chez moi. Ca arrive suffisamment rarement pour que ça mérite d’être signalé. On a ensuite regardé Roland Garros à la télé, ensemble.

J’ai mangé les premières cerises de la saison. Et ma première glace aussi, dans les allées de Roland Garros. Pour moi ça sera citron – framboise s’il vous plait !

Vendredi a été une journée hyper calme au bureau. Ca fait du bien de temps en temps.

J’ai passé une journée (très chaude) à Roland Garros. J’ai adoré découvrir le court Simonne Mathieu et j’ai profité à fond des 4 matchs auxquels j’ai assisté sur le Suzanne Lenglen. Comme d’habitude cette journée Porte d’Auteuil a été par-faite, entre admiration, détente, flânerie et classe made in 16è ! Cette année j’ai eu la chance de croiser Juan Del Potro, Patrick Mouratoglou et Serena Williams dans les allées du tournoi !

J’ai étrenné ma nouvelle combi dans les gradins de Roland Garros. Top ! Et j’ai porté des sandales, pour la première fois cette année. Bref, on dirait que le printemps est (enfin) arrivé.

Voilà, c’est tout ! Et c’est surtout du tennis, j’avoue ! Passionnée, moi ?!!

Stolpersteine

C’est quoi ce titre me direz-vous ?

Stolpersteine est un mot allemand qui signifie littéralement « pierre sur laquelle on trébuche ». Il s’agit précisément de pavés en béton recouverts de laiton et gravés à la main destinés à rappeler le destin des victimes du nazisme en faisant « buter » le regard des passants sur ces pierres. Chaque pavé décline l’histoire d’une vie terminée prématurément pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les vingt premiers du genre ont été scellés le 1er mai dans les trottoirs de Strasbourg, à quelques rues de chez moi notamment. A terme, Strasbourg comptera des Stolpersteine pour chacun des 850 juifs de la ville déportés et tués par le régime nazi.

Cet hommage individuel me touche. Je trouve la simplicité de ces pavés en accord avec le message. Il suffit de peu de mots et d’un visuel simple pour comprendre l’horreur et surtout ne pas oublier cette sombre page de notre histoire.

PS : si vous passez par Karlsruhe vous pourrez également y voir de tels pavés. Je trouve la portée du message encore plus grande en Allemagne, non ?