# 17 – Quai

Strasbourg est une ville fluviale. C’est donc sans peine que je peux illustrer le thème de la semaine, tout en piochant dans ma photothèque, une fois encore.

L’eau n’est pas mon élément mais force est de constater que l’Ill m’inspire quand même !

Que pensez-vous de mon évocation ?

Cake au citron, petit suisse et pavot

J’adore les agrumes pourtant je fais rarement une recette avec ces fruits. Je remédie à cette lacune avec une recette ultra simple, idéale pour l’été, quand la langueur nous assaille !

Pour 1 cake il faut : 180 g de farine, 1 sachet de levure chimique, 3 oeufs, 120 g de beurre, 2 petits suisses nature, 1 citron, 2 cuillères à soupe de graines de pavot.

La marche à suivre :

– fouetter les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

– ajouter la farine et la levure puis incorporer le beurre fondu.

– incorporer les petits suisses grossièrement écrasés.

– presser le citron et ajouter le jus à la pâte, ainsi que les graines de pavot.

– verser la préparation dans un moule à cake beurré.

– enfourner 1 heure à 180°.

Et voilà, c’est déjà prêt ! Ultra simple je vous dis ! Et délicieux !

Les petits bonheurs # 181

Me revoilà pour notre rendez-vous du dimanche soir. Histoire de ne pas oublier les belles choses qui ont parsemé ma semaine.

J’ai vu Manuel (le meilleur voisin de la Terre) de loin.

J’ai dîné chez Marie-Thé et Pierrot, puisque je passais par là !

J’ai profité d’un bureau fermé pour ma pause de midi. Quel bonheur de pouvoir s’isoler.

Il y a eu un immense arc-en-ciel, juste après une grosse averse.

J’ai commandé un menu à emporter chez Les Innocents, comme je l’ai fait quelques fois pendant le confinement. Un délice !

J’ai vu de nombreuses cigognes dans les champs.

J’ai passé une agréable soirée avec Florence et Mylène, des ex-collègues qui se plaisent dans leur nouveau job. Je suis contente pour elles. J’ai aussi pris un verre avec Muriel.

J’ai passé une soirée à la campagne, sur la terrasse. Et j’ai profité de mon escapade pour arpenter le jardin qui offre des groseilles, des framboises, des courgettes et des tomates en ce moment.

Je me suis posée sur mon canapé pour découvrir Grand Prix, le nouvel album de Benjamin Biolay dont la voix m’a toujours plu et que je n’avais pas écouté depuis (trop) longtemps.

J’ai pris un cours de tennis (avec le meilleur coach de la Terre). J’ai aimé ce retour sur le court après un break d’un peu plus d’un mois.

Et vous votre semaine ?

# 16 – Papier

J’aime le papier, c’est un fait. Depuis toujours j’aime flâner dans les jolies papeteries et acheter de belles cartes, de belles enveloppes pour me constituer un stock de papier dans lequel je pioche avec plaisir quand je veux envoyer un mot à ceux que j’aime.

Depuis quelques années j’ai une préférence pour les papiers colorés unis que je personnalise en fonction des occasions qui méritent un mot manuscrit. Les plus beaux moments de la vie !

Ma (toute petite) revue ciné de juin

Je n’ai vu qu’un film en juin, certes, mais quel bonheur de retourner dans les salles obscures ! Ma dernière séance datait du 11 mars et cette coupure m’a paru longue, bien longue…

J’ai vu La bonne épouse de Martin Provost. C’est l’histoire d’un groupe de jeunes filles, élèves d’une école ménagère, en 1967. Elles y apprennent à tenir leur foyer et à se plier au devoir conjugal sans broncher sous la houlette d’une directrice dont les certitudes vont vaciller à la faveur de retrouvailles avec un amour de jeunesse et du vent de liberté annonciateur de mai 68. L’enseignement destiné à faire de ces jeunes filles des épouses irréprochables ne résistera pas à l’évolution des moeurs et à l’émancipation des femmes Les femmes passent de bonnes épouses à femmes libres avec une énergie communicative et bonne enfant. Cette comédie espiègle aux accents désuets souligne avec légèreté et fantaisie les archaïsmes de la société française d’alors et offre le plaisir de profiter d’un talentueux trio d’actrices (Juliette Binoche, Yolande Moreau et Noémie Lvovsky). J’ai aimé ce film qui met les femmes à l’honneur, dans une ambiance joyeuse qui pousse tout de même à la réflexion.

Et vous, avez-vous renoué avec le plaisir du ciné sur grand écran dès la réouverture des salles ?

Les petits bonheurs # 180

La semaine se termine, déjà ! Il est temps de revenir sur les jolis moments qui l’ont parsemée.

Le vent omniprésent a aidé à supporter la chaleur. Ouf !

J’ai ressorti les sandales de mon shoesing.

J’ai croisé Moustapha avec qui j’ai échangé quelques mots. J’ai reconnu sa longue silhouette fine de très loin, comme si on ne s’était pas perdu de vue depuis… 2014 ! J’ai vu mon médecin de loin.

J’ai vu un lézard. Et cette fois j’ai réussi à le prendre en photo.

J’ai passé une soirée avec Muriel. On a papoté, sur une terrasse calme et ombragée. Top ! J’ai aussi passé une soirée avec Maman, à la campagne.

Un inconnu m’a offert mon café du samedi matin en ville. Just because!

J’ai passé une journée cocooning, faite de sieste et de boissons fraîches !

Et vous, êtes-vous satisfaits de ces derniers jours ?

Une victoire éclatante

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle catégorie qui m’a été inspirée par le confinement.

Chaque jour d’enfermement j’ai posté sur Facebook une photo m’évoquant un moment agréable, issue d’un jour du mois correspondant, 1, 2 années auparavant ou bien plus loin dans le temps. Il était alors important pour moi de me souvenir des belles choses comme dirait Zabou Breitman, de ne pas oublier ce qui m’a nourrie jusque là et qui a fait de ma vie une belle aventure.

Je démarre avec un souvenir de 2015, à Roland Garros (what else?), quand Novak Djokovic, mon chouchou, a battu Rafael Nadal en 3 sets. Quel spectacle ça a été ! Une vraie leçon de tennis qui m’a tenue en haleine tout au long du match. Et qui m’a littéralement fait vibrer. Un pur bonheur ! Et tout ça sous un magnifique ciel bleu, dans un stade archi comble.

Je me souviens encore de la grosse déception de mon voisin de tribune qui n’a pu retenir ses larmes quand son favori a perdu… Je me souviens aussi de mon énorme sourire, au même moment.

Je suis heureuse d’avoir vécu ce moment fort de sport qui est gravé dans ma mémoire et qui me procure encore du plaisir, 5 ans plus tard !

Les petits bonheurs # 179

Nous revoilà pour le bilan des jolis moments de la semaine. C’est moi ou le temps file, file, file ?

J’ai à nouveau échangé quelques mots avec mon charmant voisin.

Le CE a offert ce bento. Depuis notre retour au bureau chacun doit manger à son bureau. Je trouve donc ce cadeau vraiment bien vu.

J’ai passé une agréable soirée avec Céline et Farid que j’ai revus pour la première fois depuis le déconfinement. Idem avec Virginie avec qui j’ai bien papoté aussi. Et puis j’ai déjeuné avec Katia et là aussi c’était nos retrouvailles de déconfinement. La semaine a donc été placée sous le signe de l’amitié. Top !

J’ai eu un tout petit signe de vie de quelqu’un que j’aime.

J’ai acheté une place de cinéma. La prochaine séance est prévue mercredi soir, en compagnie de Muriel. En-fin !

J’ai croisé Baptiste.

J’ai passé une journée cocooning faite de lecture, de sieste et de soins bien-être.

Pas mal du tout cette semaine. Et la vôtre ?

Gâteau à l’ananas

Je vous propose aujourd’hui une recette aux saveurs exotiques. Une fois n’est pas coutume !

Pour 1 gâteau il faut : 340 g d’ananas, 50 g de noix de coco en copeaux, 1 gousse de vanille, 150 g de beurre, 1 cuillère à soupe de crème fraîche épaisse, 1 cuillère à soupe de sucre glace, 150 g de noix de coco râpée, 4 oeufs, 150 g de farine, 1 sachet de levure chimique, 1 cuillère à soupe de sucre roux, 1 pincée de sel.

La marche à suivre :

– faire ramollir le beurre et mélanger avec le sucre.

– ajouter les oeufs, la farine, la levure puis la noix de coco râpée et le sel.

– fendre la gousse de vanille, en prélever les graines, les ajouter à la pâte et mélanger.

– couper 150 g d’ananas en dés et incorporer à la pâte.

– verser la préparation dans un moule carré beurré.

– mixer 100 g d’ananas avec la crème fraîche.

– étaler cette préparation sur la pâte et poser dessus le reste de l’ananas.

– parsemer de copeaux de noix de coco.

– enfourner 40 minutes à 170°.

– laisser refroidir le gâteau avant de le démouler.

(facultatif : saupoudrer de sucre glace)

Ce gâteau, un peu sec, est partait accompagné d’un thé mais je pense qu’il pourrait se suffire à lui-même en ajoutant un peu de rhum à la pâte.