Recueillement

DSCN2837

Je ne pouvais pas imaginer ma première escapade parisienne depuis les attentats du mois de janvier sans un passage rue Nicolas Appert où le numéro 6 est toujours protégé par la gendarmerie.

Au coin, près d’une mer de fleurs, de mots venus du monde entier, de stylos, de bougies et de caricatures il y avait un attroupement de badauds silencieux ou exprimant à voix basse leur incompréhension.

Et puis il y avait moi, avec des larmes coulant sur mes joues…