Un doux parfum de fin d’été

Ha, que j’aime cette période de l’année !

Vous le savez, l’été est de loin la saison que j’aime le moins et dès le début du mois de septembre il se passe quelque chose de libérateur en moi. J’ai comme un regain d’énergie après les mois d’été qui ont le don de m’éteindre un peu…

J’aime les journées ensoleillées aux températures civilisées que nous offre en général le 9è mois de l’année. On peut se prélasser au soleil sans cuire, sans craindre la surchauffe. Et on peut porter des chaussures fermées !

J’aime le retour des événements culturels. La rentrée littéraire en particulier me réjouit chaque année. Et 2018 ne fait pas exception à la règle.

J’aime « attendre » mes vacances que je prends en septembre. En général.

J’aime plonger dans une douce nostalgie liée à la rentrée des classes et aux agréables moments que je passais, enfant, juste avant de retourner à l’école, au collège, au lycée, à la fac. Des moments que je partageais avec mon cher papa et qui resteront à jamais des instants privilégiés, qui n’appartiennent qu’à nous deux, pour toujours.

J’aime la perspective de l’hiver qui arrive (si, si), et dans lequel je me projette avec plaisir, surtout d’un point de vue vestimentaire. En hiver j’aime vraiment m’habiller. Les bottes, les pulls, les doudounes, les robes portées avec des collants, les écharpes douillettes m’inspirent tellement !

J’aime savourer un bon chocolat chaud qui accompagne à merveille une session de lecture sous un plaid. Et envisager de manger des plats riches !

Alors, oui, y a pas photo, l’arrivée de l’automne est décidément une bonne nouvelle !

Son cadeau pour moi…

Ma grand-mère aurait eu 94 ans aujourd’hui…

Ce 24 juillet 2018 est le 3è anniversaire qu’on ne fêtera pas…

Mais, ce mardi est aussi un jour de joie parce que je joue le premier (et, espérons-le, pas le dernier) match du tournoi dans lequel je suis engagée.

En secret, comme une motivation supplémentaire, extra-sportive, je frapperai la petite balle jaune pour ma grand-mère chérie, elle qui m’a appris la persévérance, le goût de l’effort et la satisfaction du travail bien fait. Des ingrédients qui m’ont guidée depuis que je suis toute petite et dont je suis fière.

Je suis tellement reconnaissante que ma grand-mère m’ait transmis ces belles et grandes valeurs, ainsi que le goût des choses simples de la vie, telles qu’elle les aimait, elle aussi.

Avec tout mon amour, Mémé.

# 25 – Plume

Voilà à quoi ce thème m’a immédiatement fait penser, à une boucle d’oreilles que j’ai dans ma boite à bijoux !

Une fois de plus j’ai cédé à la facilité, je le reconnais, mais je suis plutôt contente de parfois profiter de ce qui traîne dans mes tiroirs pour m’épargner quelques efforts.

Faut bien que mon bric-à-brac de fille serve à quelque chose de temps en temps !

# 24 – Mécanique

Le moins qu’on puisse dire c’est que ce thème ne m’a pas inspirée…

J’ai bien pensé à soulever le capot de ma jolie voiture mais, je l’avoue, la flemme l’a emporté… D’ailleurs j’ai fait ma feignasse dans les grandes largeurs cette semaine, ici comme ailleurs.

Cette photo bof bof me donne toutefois l’occasion de me manifester ici depuis dimanche. Enfin !

# 22 – Potager

J’habite en ville, certes, mais je suis une fille de la campagne. A la base.

Il a donc été aisé pour moi de trouver un jardin potager pour illustrer le thème de la semaine. Au very premier degré.

Dans mon coeur

Papa est parti il y a 2 ans…

Quand je pense à lui, autant dire tous les jours, j’ai la sensation que le temps s’arrête et pourtant je dois admettre que la vie a continué depuis son décès. Et même que la vie a filé. Et cette perception contradictoire du temps est un peu troublante.

Je ressens le manque, souvent. Evidemment. Il y a tant de choses dont on aurait pu discuter, tant de moments qu’on aurait pu partager durant ces deux années. Et puis je ressens aussi quelque chose qui me porte, une présence bienveillante. Je crois que ça s’appelle l’amour.

Les gens ne meurent que si on les oublie. Papa n’est pas mort, oh non.

700 et quelques

Je publie aujourd’hui non pas le 700è mais très exactement le 706è billet. C’est fou, non ?

Je profite de ce chiffre presque rond pour faire un petit récapitulatif, comme à chaque fois que j’atteins une nouvelle centaine.

Je publie un billet tous les 2 jours en moyenne, assiduité qui traduit mon plaisir d’écrire ici. Je me félicite d’avoir une telle inspiration, chose dont je doutais à mes débuts. Mais force est de constater que l’écriture est une habitude, presque un besoin. Y a pire comme addiction ! Je vis chaque publication comme un rendez-vous avec moi-même et avec ma petite communauté virtuelle.

Mon blog comptabilise à ce jour un peu plus de 38000 visites, ce qui fait une moyenne de 30 passages par jour depuis les débuts d’Indispensables futilités et autres bonheurs en… janvier 2014. Ce nombre est stable depuis 4 ans, depuis toujours en fait !

Le podium de mon lectorat est détenu par les Françaises, les Américaines et les Belges, comme c’est le cas depuis le 300è billet. Mes lectrices aussi sont constantes ! Et si la majorité des lectrices viennent des mêmes pays depuis plusieurs années, je touche encore de nouveaux pays, au fil du temps. Les derniers venus ici sont Panama, le Chili, Hong Kong, le Pérou et le Brésil.

Je dois dire que je suis assez fière de ce rayonnement grandissant et modeste à la fois. A l’image de mon blog en somme.

Je vous l’ai déjà dit plusieurs fois, il y a une chose que je regrette, c’est de ne pas avoir plus de commentaires. J’ai pas mal de « j’aime », de plus en plus d’ailleurs, et c’est chouette mais je serais vraiment très heureuse de lire plus de mots laissés par mes lectrices. Faites un effort quoi ! Non, je plaisante, vous faites ce que vous voulez, bien sûr !

A propos de gentils mots laissés au bas de mes articles, je remercie musnadjia423wordpress, Justine, Giséle, oth67, tendancezvous, dansmonsacdefille, ellemanquepasdair, notrecarnetdaventures Anthony et Noemie qui se sont exprimés pour la première fois tout dernièrement. Je remercie aussi toutes celles qui ont « juste » aimé un post et celles qui se sont abonnées à mon blog (et elles sont de plus en plus nombreuses).

En un mot comme en 100, merci ! Merci d’être là, discrètes et néanmoins présentes. Toujours. Et à très bientôt pour le 707 billet. Vous serez là ?