# 2 – Bateau / barque

Je vis dans une ville fluviale, c’est vrai. Mais j’avoue que je n’ai pas pris le temps cette semaine de m’attarder sur un quai pour mettre un bateau dans la boite…

J’ai préféré ouvrir mon album photo et me replonger dans les images faites à Fribourg, en septembre.

Mais, promis, je n’oublie pas que je me suis engagée à prendre de nouvelles photos le plus souvent possible pour illustrer le thème de la semaine en 2020.

2019 en images

J’avais bien aimé faire une rétro de 2018 en images alors je m’y remets cette année pour vous présenter les temps forts de 2019.

Janvier

J’ai passé une journée à Paris. Le prétexte pour me promener dans cette ville que j’aime tant ? L’expo Michael Jackson, On the wall au Grand Palais. Et puis, tradition d’anniversaire oblige, j’ai découvert la cuisine d’un chef étoilé, j’ai nommé Thierry Schwartz. Un pur régal !

Février

Il y a eu un afterwork en compagnie de mes ex-collègues avec qui je me félicite d’avoir gardé le contact depuis que je ne travaille plus avec elles. Elles sont top ces filles ! Et à part ça, ben, rien à signaler en février… Petit mois…

Mars

On a fêté le baptême de Rose. Et j’ai assisté au match France – Islande, au Stade de France. Mode supportrice activé !

Avril

J’ai assisté à un défilé dans le cadre d’un événement consacré aux métiers la mode. Et puis je suis retournée au stade, à la Meinau cette fois, et avec les copines. On a assisté au match France – Danemark de foot féminin. Une première pour nous toutes et un bon tour de chauffe pour nos championnes avant leur coupe du monde à elles.

Mai

Je me suis promenée à Metz. Et j’ai assisté à la finale des Internationaux de Strasbourg, ce tournoi qui sert de préparation aux joueuses juste avant Roland Garros.

Juin

J’ai passé une journée ensoleillée à Roland Garros et j’ai profité des cafés parisiens pour faire des pauses comme je les aime.

Juillet

La cathédrale s’est parée de jolies lumières pour le plaisir des touristes et des locaux. Et puis il a fait très chaud à Strasbourg.

Août

J’ai fait du cat-sitting. Mylène m’avait confié la garde d’Ayumi, un superbe Maine Coon qui se prend pour une star ! Il y a aussi eu un chouette pique-nique à la campagne et une partie de möllky bien marrante !

Septembre

J’ai arpenté les jolies rues de Fribourg. Et puis c’est tout !

Octobre

J’ai passé une journée à l’hippodrome, pour une plongée dans un univers que je ne connaissais pas du tout. Le genre d’immersion que j’apprécie car elle me déconnecte complètement de mon quotidien. Les murs envoyaient des baisers, si si !

Novembre

J’ai passé une journée aux Masters de Paris Bercy  et j’ai eu la chance, le plaisir et le bonheur de voir jouer Novak Djokovic, le meilleur des meilleurs tennismen, in my opinion. Bart attendait le train, avec moi !

Décembre

J’ai allumé une bougie en souvenir des victimes de l’attentat du 11 décembre 2018. Et j’ai réalisé à quel point cet événement m’a marquée, bien plus que ce que je voulais m’avouer… J’ai passé quelques jours sous le soleil de Montpellier, histoire de stocker un peu de vitamine D !

2019 n’a pas été l’année la plus excitante de ma vie, loin de là, mais elle m’a confirmé la valeurs des moments forts, aussi peu nombreux soient ils.

Je me tourne désormais vers 2020, pleine de curiosité et d’envie de faire de ce millésime un meilleur cru. Non mais !

Bonjour 2020 !

C’est devenu une tradition, en janvier je réfléchis à ces petits pas, ces petits bonheurs que j’envisage pour mon quotidien et qui m’obligent à ne pas me reposer sur mes lauriers mais sans me faire violence, tout en bienveillance avec moi-même. Voici donc ma liste de « résolutions » pour l’année 2020.

Je souhaite retrouver mon meilleur classement au tennis. Parce que 30/2 ça claque bien plus que 30/3, non ? Pour ça il va falloir que je continue les entraînements avec mon super coach, évidemment, et les parties avec les copines. Et aussi espérer avoir un peu plus de chance au tirage au sort qu’en 2019 !

Je vais sérieusement me remettre à la lecture. 7 livres lus l’année dernière c’est vraiment trop peu… J’ai commencé dès le 2 janvier avec Chanson douce que m’a prêté ma chère Mélanie. Et puis avec un peu de chance la grève de la SNCF va bientôt prendre fin et moi je pourrai reprendre mes séance lecture dans le train. On y croit !

Je vais poursuivre ma réduction de consommation de viande et entamer une réduction de consommation d’alcool. Le fail de l’année dernière en matière de boisson ne doit pas me démotiver, non mais !

J’ai aussi l’intention de poursuivre mes efforts en faveur de l’environnement. J’ai exploré quelques pistes en 2019 et je compte bien en tester de nouvelles.

Je vais poursuivre sur ma lancée culinaire avec au moins une nouvelle recette par mois que je continuerai de publier sur le blog. Gourmande un jour, gourmande toujours !

Je vais essayer de m’améliorer dans le tri et le traitement des papiers. J’ai peur de développer une phobie administrative mais je me soigne depuis l’année dernière. C’est pas facile… mais nécessaire. Je suis plutôt organisée en général mais avec les démarches administratives, allez savoir pourquoi, je perds ma régularité et la procrastination n’est jamais bien loin.

En 2020 j’ai envie de prendre mon temps, de me poser, de me reposer. Et de moins traîner sur internet. Je ne compte plus les heures passées à naviguer de site en site pour ne finalement rien retenir de ce que j’ai vu… Cette année sera celle de la déconnexion maximale, il le faut ! Je vais réduire la liste des blogs que je suis au quotidien, ça fera déjà pas mal de temps en moins passé face à mon écran. En gros je vais continuer à suivre ceux qui me donnent envie de laisser des commentaires, ceux qui m’inspirent vraiment.

J’ai envie de passer plus de temps avec mes amis, de profiter de moments privilégiés avec ceux que j’aime, qui me font rire et qui m’apportent de la sérénité. Des moments de qualité, voilà ce dont j’ai envie. Et besoin.

Je dois me mettre à la recherche d’un autre emploi, celui que j’occupe ne me satisfait absolument pas… Aucune stimulation intellectuelle, une entreprise gérée comme au 19è siècle (j’exagère à peine…), l’ennui, des collègues inintéressants, j’en peux plus !

J’ai envie de confier ma peau à Mélanie régulièrement, pourquoi pas une fois tous les 2 mois. Et d’ailleurs j’ai déjà pris rendez-vous pour un soin du visage au mois de février. Youpi !

Voili, voilou pour moi en 2020. Et vous, vous prenez des résolutions en début d’année ?

Au revoir 2019

Ca y est, nous sommes en 2020, il est temps de faire un petit bilan de l’année qui vient de s’achever. Je reprends donc les « résolutions » que j’avais partagées avec vous en janvier 2019 pour mesurer le chemin parcouru… ou pas !

Commençons par ma consommation de sucre et d’alcool que je n’ai finalement pas tant réduite que ça… Premier point, premier fail. Hum… A ma décharge, j’ai considérablement réduit ma consommation de viande et de poisson pour arriver à moins de 10 repas par mois incluant ces éléments.

Du côté des papiers et autres joyeusetés administratives, je n’ai pas vraiment atteint mon objectif de non procrastination… On ne se refait pas ! Mais je suis tout de même sur la bonne voie si j’en crois ma pile de documents à traiter qui est moins importante ces derniers temps.

En ce qui concerne la cuisine, j’ai relevé le défi de vous présenter une recette par mois et j’en suis particulièrement contente. Vous pouvez retrouver mes réalisations dans la rubrique Je suis gourmande du blog.

Dans le domaine professionnel, j’ai décroché un CDI certes, mais c’est loin d’être le job de mes rêves.

2019 a été une belle année de cinéma. J’ai vu environ 2 films par mois et avec du recul je retiendrais Fête de famille, Papicha et Le traître qui m’ont particulièrement marquée. En revanche, rien à signaler du côté des musées…

J’ai continué le tri dans mon armoire (j’ai donné des vêtements et jeté 2-3 bricoles) et j’ai varié mes tenues et accessoires même si mes basiques restent toujours un slim, des baskets, un poncho. J’ai acheté assez peu de fringues et d’accessoires, pouvoir d’achat en baisse oblige, mais aussi parce que j’ai de quoi faire dans mon dressing et que le shopping me procure beaucoup moins de plaisir qu’à une époque (pas si éloignée que ça d’ailleurs).

Après 3 mois d’arrêt forcé de tennis pour cause d’entorse du genou, j’ai repris l’entrainement et les parties avec les copines au mois de mars et ces rendez-vous sont toujours aussi appréciables. Depuis quelques temps j’ai même une nouvelle partenaire, Lauriane, qui m’aide à m’habituer à jouer contre les gauchères.

J’ai réduit le nombre de shampooings et je me suis tournée vers les cotons lavables (lien avec Petits bonheurs) ce qui est une avancée dans mon objectif de réduction des déchets. A ce propos je prépare un billet dédié à mes gestes du quotidien en faveur de l’environnement.

Voilà ! Je qualifierais cette année de moyenne, sur un bulletin de notes on dirait « Peut mieux faire » mais c’est pas mal finalement, ça laisse la place à des nouvelles améliorations tout au long de la nouvelle année !

Un an…

Il y a un an jour pour jour.

Il y a un an jour pour jour j’étais chez moi, tranquillement.

Il y a un an jour pour jour j’ai crû que le ciel me tombait sur la tête.

Il y a un an jour pour jour j’ai réalisé que j’étais bien plus profondément strasbourgeoise que ce que je pensais.

 

Depuis un an je pense à ce sang qui a coulé, aux larmes qui ont accompagné la tristesse des proches et des moins proches des victimes.

Depuis un an des arrestations ont eu lieu.

Depuis un an je passe dans les rues où sont tombés des gens que je ne connaissais pas et je me souviens de l’émotion que j’avais ressentie en voyant les fleurs, les bougies et le sable jeté sur les traces de sang.

Depuis un an j’ai envie de croire que ce n’était qu’un mauvais rêve, que l’ignominie du 11 décembre 2018 n’a pas existé.

 

Un an après le souvenir est intact.

Un an après je n’oublie pas le visage des anonymes qui ont laissé leur vie sur un bout de trottoir, dans ma ville.

Un an après je n’ai toujours pas les mots pour exprimer ma douleur et mon incompréhension.

Un an après je continue de croire en la beauté de la vie, quand même.

Les petits bonheurs # 149

Cette semaine a été contrastée mais globalement douce toutefois.

J’ai remisé mes chaussures  et vêtements d’été ou de fin d’été puisqu’on est passé assez brutalement à des températures quasi hivernales.

J’ai passé une longue et agréable soirée avec Muriel, à la faveur d’un jour férié.

Il y a eu de la brume et du givre dans la plaine, le tout sous un soleil timide qui nous a néanmoins offert une magnifique lumière. Les ciels étaient beaux, faits de rose, de mauve, de jaune.

J’ai croisé Audrey et Célestine dans ma rue.

Une nouvelle étape a été franchie dans un processus qui dure, qui dure mais qui avance, quand même.

Ma collègue Mylène a été convoquée pour un 2è entretien. Je croise les doigts pour elle.

J’ai marché sur un épais lit de feuilles mortes qui avaient cette odeur particulière de l’automne humide et frais. Et puis j’ai fait une belle promenade en ville. Il faisait froid et sec, le temps idéal pour moi et le centre-ville n’était pas encore envahi de touristes, ce qui ne saurait tarder…!

J’ai mis fin à une situation qui n’avait que trop duré.

St-Art, le salon d’art contemporain que je ne rate jamais m’a une fois de plus permis d’admirer de magnifiques oeuvres. Je me rends compte à l’instant même que je ne vous en avais pas parlé l’année dernière mais j’y avais bel et bien traîné mes guêtres, comme depuis de nombreuses années désormais.

J’ai fait une sieste.

Christelle m’a envoyé un sms qui m’a fait plaisir.

J’ai pris un cours avec Stéphane après un mois d’arrêt. Il était temps !

J’espère que vous avez également passé une bonne semaine ou en tout cas que vous n’en gardez que le meilleur.

# 45 – Porte

Je fais assez souvent des photos de portes. De portes fermées en général.

Mais pour illustrer ce thème, j’ai choisi l’image d’une porte ouverte, prise à Strasbourg, quelque part en… 2017 ! Parce qu’une porte c’est la fermeture, bien sûr, mais que derrière peuvent se cacher de petites merveilles. Et là, la porte devient quelque chose de positif.

Défi relevé ?