Les petits bonheurs # 192

J’aurais voulu poster ces petits bonheurs hier mais je ne me sentais pas bien et la seule chose à faire était de me mettre au lit plutôt que face à mon ordinateur. Voici donc la fournée de la semaine dernière avec un peu de retard.

Farid m’a fait suivre une offre d’emploi. De quoi bien poursuivre ma recherche.

J’ai mangé des sushis végétariens. Miam !

La pluie est arrivée et l’atmosphère automnale avec elle. Que j’aime cette période de l’année.

J’ai ressorti mon beau gilet kaki et doré de mon dressing.

Il y a eu un superbe arc-en-ciel.

J’ai dormi à la campagne.

J’ai fait les vendanges.

J’ai regardé les premiers matchs de Roland Garros à la télé, avec autant d’assiduité qu’en temps normal.

Et voilà ! Je vous souhaite une belle semaine.

Cheesecake aux abricots

Je reviens enfin avec une recette. J’ai passé mon tour en août, un peu par flemme, beaucoup par manque de moral. Mais ça y est, la gourmandise a repris le dessus !

Pour 1 cheesecake il faut : 1 pâte brisée, 400 g d’abricots au sirop, 400 g de lait concentré sucré, 250 g de ricotta, 3 oeufs, 80 g de beurre, 70 g d’amandes en poudre, 3 cuillères à soupe de farine.

La marche à suivre :

– préchauffer le four à 160°.

– fouetter la ricotta avec le lait concentré puis ajouter les oeufs sans cesser de battre.

– dans une poêle, faire fondre le beurre jusqu’à ce qu’il soit bien doré.

– griller les amandes en poudre sans matière grasse dans une poêle pendant 2 minutes.

– ajouter les amandes grillées au mélange crémeux avec la farine puis y mettre le beurre.

– tapisser un moule à tarte avec la pâte.

– verser la crème à la ricotta et couvrir avec les abricots (côté rond dessus).

– enfourner 40 minutes.

– laisser refroidir et déguster.

J’aime ce dessert aux saveurs acidulées qui s’accompagne avantageusement d’un thé rooibos à la fraise pour une agréable alliance fruitée.

Les petits bonheurs # 191

La semaine se termine. Elle a été plutôt pas mal !

Je n’ai plus eu de déviation pour aller au bureau. Ca m’a fait gagner 20 minutes le matin et ça c’est plus qu’appréciable.

Je me suis couchée tôt.

J’ai vu une petite fille faire des bulles de savon. Quelle poésie !

Farid m’a appelée.

J’ai découvert la jolie boutique Avril qui a ouvert tout récemment.

J’ai discuté sur le trottoir avec Manuel, le meilleur des voisins.

Je suis allée au jardin botanique, un endroit que j’apprécie particulièrement pour ses merveilles naturelles bien sûr mais aussi pour son calme propice à une agréable pause lecture.

J’ai passé un moment avec Catherine et Lucile, mes deux voisines super actives de la copro.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui.

Damier masqué

Depuis quelques jours la place Kléber est recouverte de 560 photos de visages anonymes masqués. C’est l’oeuvre du photographe Christoph de Barry.

L’idée était de donner la parole à Monsieur Toutlemonde à la sortie du confinement. Chaque personne a écrit un mot qui lui tenait à coeur sur son masque, le mot que lui inspirait la période présente.

L’amour, la liberté et la bienveillance sont les thèmes qui ressortent de ces inspirations qui nous donnent à réfléchir.

Les petits bonheurs # 190

Semaine de reprise pour moi mais semaine de petits bonheurs quand même. Non mais !

J’ai regardé d’un oeil le match de foot France – Croatie à la télé.

Farid m’a envoyé un mail, chose qui n’arrive jamais. J’ai aussi eu des nouvelles de Tiphaine.

J’ai passé une agréable soirée au resto avec Antoine, Caroline et Maman. Et comme dit ma cousine, c’est exceptionnel qu’on se voie au restaurant.

Il y a eu un magnifique ciel rose orangé l’autre matin.

J’ai lavé ma voiture qui est rutilante maintenant. Je vais pouvoir profiter de cette propreté pendant un moment puisque la pluie et le mauvais temps ne sont pas annoncés avant quelques temps.

J’ai vu un écureuil.

J’ai décortiqué des noisettes.

J’ai mangé les premiers raisins de la saison. Miam !

Et vous, avez-vous passé une bonne semaine ?

# 23 – Dans mon jardin

J’ai pris cette photo il y a quelques mois, au moment du déconfinement, quand j’ai eu le bonheur de profiter du jardin chez ma mère après les semaines d’enfermement dans mon appartement.

J’avais particulièrement apprécié ce moment. Retrouver la nature et ces merveilles avait été un véritable plaisir et un moment de sérénité incomparable.

Vive la nature !

Swinging London entre amies (2011)

Le souvenir du mois m’emmène à Londres avec Micheline. Comme j’avais aimé ce city break entre filles fait de balades, de haltes dans les pubs et de découvertes so British!

Je me souviens parfaitement du moment qu’on a passé sur les transats à Hyde Park et de la douceur de vivre d’alors. Un vrai moment d’amitié et d’insouciance, quand on était jeune !

De l’autre côté de la frontière

Pour profiter des vacances jusqu’au bout j’ai décidé de m’octroyer un petit dépaysement en Allemagne, où j’aime tant me promener, et ce pas plus tard que samedi.

Cette fois j’ai arpenté les rues de Heidelberg, une jolie petite ville du Bad Wurtenberg où il fait bon flâner et se poser en terrasse. La vieille ville était animée sans être bondée, parfait pour la distanciation et la fin des vacances en douceur !

Les petits bonheurs # 189

Et voilà, le dimanche soir est arrivé. Il est temps pour moi de vous dévoiler les petits bonheurs de la semaine.

Je me suis promenée dans la ville qui se réveille, au moment des livraisons et de l’ouverture des magasins.

J’ai feuilleté le numéro spécial mode de Elle. J’adore ce signe indéniable que l’automne-hiver arrive et j’adore ça. Et j’ai remisé la clim, autre signe que la saison que j’affectionne le moins se termine.

Katia m’a appelée.

J’ai passé une agréable soirée avec Nicolas.

J’ai passé une journée entière au lit, en mode grosse feignasse.

Je me suis fait un joli vernis à ongles. Et je me suis aussi fait un masque hydratant. C’était pas du luxe !

Je me suis posée place de la République, au soleil, le temps d’une pause sandwich bien agréable.

J’ai mélangé les fleurs et les rayures dans ma tenue.

J’ai fait une séance shopping, chose qui n’était pas arrivée depuis très longtemps. Et je suis contente de ma moisson.

J’ai pris un goûter chez un pâtissier réputé de la ville.

J’ai rendu visite à Isabelle dans sa boutique nouvellement aménagée. Un bien bel endroit pour de bien bons produits.

J’ai échangé quelques mots avec Catherine.

J’ai passé une belle journée de promenade avec Maman.

C’est tout pour cette semaine que j’ai vraiment appréciée en prenant mon temps, tout le temps.

Ma revue ciné d’août (avec du retard)

On a coutume de dire qu’il ne se passe rien au ciné en été. Que nenni ! J’ai vu 3 films le mois dernier, rien que ça.

J’ai vu Madre de Rodrigo Sorogoyen. C’est l’histoire d’une femme dont le fils de 6 ans a disparu sur une plage par la faute d’un père irresponsable. On la retrouve 10 ans plus tard, dévastée par cet événement, quand elle rencontre un adolescent qui lui rappelle son fils et avec qui elle noue une relation ambivalente, entre sentiment maternel et sentiment amoureux. J’ai aimé le début du film qui impose une tension et le film dans son ensemble pour le trouble des sentiments et la douleur qu’il décrit. L’héroïne est en effet sans cesse partagée entre la maternité perdue, le deuil impossible et l’espoir de retrouver son fils. Je vous recommande ce film bouleversant, autant pour l’histoire que pour la profondeur des sentiments et le jeu parfait des acteurs.

J’ai aussi vu The perfect candidate de Haifaa Al Mansour. C’est l’histoire d’une jeune saoudienne qui décide de se présenter aux élections municipales alors qu’on lui refuse l’accès à un vol parce qu’elle n’a pas l’autorisation paternelle nécessaire, dans un pays où le patriarcat a la vie dure. On suit son parcours professionnel et électoral où elle est confrontée à la loi des hommes dont elle est victime mais qu’elle décide de ne pas subir. Elle a de la répartie et apporte sa fraîcheur et sa motivation au mouvement féministe qui frémit en Arabie Saoudite. J’ai aimé ce film de femme(s) qui n’oublie pas de dresser de jolis portraits d’hommes sensibles.

Et puis j’ai vu Mignonnes de Maimouna Doucouré. C’est l’histoire d’une fille de 11 ans qui vit à Paris avec sa mère et son petit frère et dont le père va revenir du Sénégal avec une nouvelle femme. Face à cette réalité, Amy se réfugie dans un groupe d’adolescentes, les Mignonnes, qui prépare un concours de danse aux chorégraphies très sensuelles. Le film met en lumière l’hypersexualisation des adolescentes et montre une jeunesse qui veut grandir trop vite. Ces jeunes filles sont tiraillées entre l’enfance et le début de l’adolescence et également entre deux cultures qui leur proposent des modèles féminins aux antipodes. Ce film est délicat et dérangeant mais quelque chose n’a pas fonctionné, je n’ai jamais réussi à vraiment entrer dans l’histoire. Dommage…

Avez-vous vu ces films ? Lesquels me conseillez-vous ?