Les petits bonheurs # 65

Allez, c’est parti pour un nouveau numéro des petits bonheurs !

J’ai passé une journée entière en pyjama. J’adore traîner chez moi de temps en temps et ne pas m’apprêter. Vive les jours fériés !

J’ai regardé Tout le monde veut prendre sa place, un jeu que j’aime beaucoup, animé par un animateur que j’aime depuis toujours.

Je me suis fait un masque hydratant et c’était pas du luxe…!

J’ai signé mon nouveau contrat de travail ! Et j’ai fait la connaissance de mes nouveaux collègues. Ma nouvelle manager est polonaise mais le reste de l’équipe est très alsacien !

J’ai envoyé un cadeau d’anniversaire à Audrey. Je pense qu’elle ne s’attend à rien et j’espère que l’effet de surprise sera réussi.

J’ai (enfin) goûté les chocolats offerts par le CE de mon ancien employeur. Ils sont dé-li-cieux ! J’ai savouré un bon milkshake au chocolat.

J’ai passé un agréable moment avec Céline, Farid et Hugues. En fait j’étais simplement passée pour récupérer une commande gourmande de fromage et de saucisse mais comme il y avait du foot à la télé j’ai aussi profité du canapé ! J’ai vu Patricia de loin.

J’ai entamé un tri drastique dans mes papiers.

J’ai dîné chez Maman. Et j’ai pris un café chez elle avant d’aller au bureau, à deux reprises. Elle habite tout près de mon nouveau lieu de travail et je dois dire que ces pauses café-papotage avant de démarrer la journée de boulot étaient très agréables.

J’ai mis mon gilet à franges acheté à Hambourg. J’ai aussi mis mon joli rouge à lèvres Red Sunset.

J’ai assisté à un défilé de mode dans mon quartier. J’adore ce genre d’événement très local.

J’ai pris un cours de tennis avec mon super coach. Il était temps… le dernier datait du 4 mars… Mon coach qui m’a fait la bise. Je crois qu’il était content de me revoir ! Il est à noter également que c’était la première fois de l’année que je jouais en manches courtes (et que j’ai eu chaud !). Et j’ai regardé la Coupe Davis à la télé.

Voilà, c’est tout pour cette semaine !

Tenue correcte exigée

J’ai vu cette expo en… février. Il était temps que je vous en parle !

L’année dernière j’avais apprécié l’exposition Fashion Forward et cet hiver, en toute logique, j’avais envie de poursuivre l’exploration des tendances vestimentaires et de l’histoire de la mode. L’exposition Tenue correcte exigée était parfaite pour ça.

Elle vise à montrer comment la mode a évolué, du 14è siècle à nos jours et ce à la faveur de scandales provoqués par ceux qui souhaitaient échapper au code vestimentaire de leur époque, de leur rang ou de leur sexe.

L’expo essaie de répondre à la question suivante : comment doit-on s’habiller ? Il est évident que le vêtement a une dimension politique, culturelle, sociale ou encore religieuse. Et il est lié au péché originel et se doit, de ce fait, d’être sobre. La discrétion vestimentaire a longtemps été considérée comme la preuve de la maîtrise de soi ! On s’habille pour soi, certes, mais aussi pour les autres.

L’expo montre que savoir adapter sa garde-robe aux différentes activités de la journée et de la vie sociale est une marque d’éducation et de distinction. Ceci explique pourquoi de tout temps, la mode a séduit et agacé. Elle bouleverse en effet les habitudes et de surcroit elle nous interroge et nous perturbe car être singulier est jugé comme immoral. Toujours cette histoire de péché originel…!

J’ai beaucoup apprécié les modèles exposés qui illustrent les « thèmes » abordés : le christianisme face au vêtement, le pantalon féminin, la capuche et le vêtement trop ample. Ca a été l’occasion de confronter les lois du bon goût à la créativité et à l’audace qui ont toujours fait évoluer les sociétés occidentales. Et il est intéressant de voir à quel point le regard des gens a changé sur les vêtements jugés subversifs et qui sont finalement entrés dans la garde-robe la plus largement admise.

Vive la mode ! Et vive Paris ! Balzac a dit « L’être qui ne vient pas souvent à Paris ne sera jamais complètement élégant. » J’adore !