Bleu Méditerranée

Je reviens de quelques jours passés à Montpellier, une ville que j’ai découverte sous un magnifique ciel bleu et dont j’ai essayé de ramener quelques morceaux dans ma tête. Parce qu’à Strasbourg le bleu ne prédomine pas, on non !

Les petits bonheurs # 154

Cette semaine a filé à la vitesse de la lumière. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire le dimanche soir était arrivé et avec lui la joie de se souvenir des belles choses.

Un gars de chez BMW Kehl m’a rendu un service qui m’a bien facilité la vie. Et avec le sourire en plus !

J’ai trouvé 10 € sur le parking du bureau.

On s’est fait un resto avec mes deux gentilles collègues. Un bon moment entre filles pour une pause hors du site. Une fois n’est pas coutume et qu’est-ce que ça fait du bien !

J’ai passé une agréable soirée avec Manuel, le plus cool des voisins. Comme d’habitude on a bien rigolé. Et puis je l’ai recroisé en ville, par hasard, dès le lendemain. J’ai pris un petit-déj avec Muriel dans une jolie pâtisserie qui déborde de douceurs en cette période de fêtes. J’ai aussi passé une belle soirée avec Christelle, Félicie et Nicolas.

J’ai vu Jacques de loin.

J’ai offert mon cadeau de Noël à Mélanie qui m’a offert les douceurs que vous voyez en photo. Le thé est délicieux et parfait pour l’amatrice de cannelle que je suis. Et les biscuits au chocolat sentent hyper bon. Je me le réserve pour un moment de détente gourmand, très prochainement.

J’ai fait une pause chez Caroline qui tient un chalet sur le marché de Noël, à quelques rues de chez moi.

J’ai passé un après-midi à la campagne.

Gilles m’a envoyé un message qui m’a fait très plaisir.

Cette semaine a été placée sous le signe de l’amitié. Et ça c’est le bonheur, non ? Si !

# 51 – Un air d’hiver

J’ai raté le coche des photos hivernales il y a quelques jours. Et là, il fait 12 degrés à Strasbourg… Pour l’ambiance froide on repassera…!

J’ai donc pioché dans ma photothèque pour illustrer le thème de la semaine.

Cette image date de… 2007 mais je l’ai retrouvée en un éclair. Je me souvenais parfaitement de cette photo que j’aime toujours autant, même 12 ans plus tard !

Les petits bonheurs # 153

La semaine s’achève, il est temps de se souvenir des belles choses.

J’ai vu les collègues de Catherine, dont Shelby qui a été une de mes collègues à une époque. Elle et toujours aussi souriante, même très tôt le matin !

J’ai passé une agréable soirée avec Muriel que je n’avais pas vue depuis le… 11 novembre. On en avait des choses à se raconter depuis tout ce temps ! J’ai aussi vu Céline et Farid

Je suis allée dans la belle boutique d’Isabelle pour retirer une délicieuse bûche, la première que j’ai dégustée cette année. Un pur délice. La saison des fêtes est lancée !

J’ai fait une pause déjeuner en ville en semaine. C’est assez rare pour être souligné.

J’ai échangé quelques mots avec Antoine. Et avec Mohamed aussi. On fait de chouettes rencontres dans ma rue !

Christelle m’a fait un soin du visage. Quel doux moment et quel bonheur de profiter d’un soin hydratant et relaxant en cette saison.

J’ai pris un petit déjeuner à Kehl, juste de l’autre côté du Rhin.

J’ai emballé les premiers cadeaux de Noël. Et j’ai fêté Noël (eh oui, déjà !) en compagnie d’Antoine, Caroline, Jean, Katia et ma mère. On a notamment savouré les bredele salés dont j’ai partagé la recette il y a quelques jours. Miam !

J’ai fait une grasse matinée (réveil à 12:30 quand même !) et j’ai passé une journée en pyjama.

Bonne fin de soirée à vous et bon courage pour la reprise demain.

Un an…

Il y a un an jour pour jour.

Il y a un an jour pour jour j’étais chez moi, tranquillement.

Il y a un an jour pour jour j’ai crû que le ciel me tombait sur la tête.

Il y a un an jour pour jour j’ai réalisé que j’étais bien plus profondément strasbourgeoise que ce que je pensais.

 

Depuis un an je pense à ce sang qui a coulé, aux larmes qui ont accompagné la tristesse des proches et des moins proches des victimes.

Depuis un an des arrestations ont eu lieu.

Depuis un an je passe dans les rues où sont tombés des gens que je ne connaissais pas et je me souviens de l’émotion que j’avais ressentie en voyant les fleurs, les bougies et le sable jeté sur les traces de sang.

Depuis un an j’ai envie de croire que ce n’était qu’un mauvais rêve, que l’ignominie du 11 décembre 2018 n’a pas existé.

 

Un an après le souvenir est intact.

Un an après je n’oublie pas le visage des anonymes qui ont laissé leur vie sur un bout de trottoir, dans ma ville.

Un an après je n’ai toujours pas les mots pour exprimer ma douleur et mon incompréhension.

Un an après je continue de croire en la beauté de la vie, quand même.