Eau d’été

DSCN2234

Une fois n’est pas coutume, je me suis offert une fragrance d’été.

Après la crème gommante douce je continue ma découverte des produits Caudalie avec Fleur de vigne, une eau fraîche délicate et pétillante qui m’enveloppe de son parfum subtil du matin jusqu’au soir. J’aime ce doux mélange de rose, de melon d’eau, de pamplemousse, de mandarine et de cèdre. J’aime aussi son packaging simple et ô combien classe, à l’image de cette marque française que j’aime décidément de plus en plus.

Et puis, côté prix aussi ce produit est léger (23 euros le flacon de 50 ml), pour mon plus grand plaisir !

Notons de plus que la formule non-photosensibilisante de Fleur de vigne permet de porter cette eau sous le soleil en toute sécurité, tout au long de la journée et de la belle saison.

Ma (toute petite) revue ciné de juillet

Oui, en juillet aussi je n’ai vu qu’un seul film ! Et pour tout dire j’aurais mieux fait de m’abstenir…

238222.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

J’ai vu Under the skin de Jonathan Glazer, que j’ai trouvé très anxiogène. D’ailleurs rien que le fait d’en parler aujourd’hui me replonge dans un sentiment de malaise. Ceci s’explique sûrement par le simple fait qu’Under the skin soit un film de science-fiction, un genre que je connais peu et qui n’est pas ma tasse de thé, loin s’en faut.

L’histoire est simple : une extraterrestre séduit les hommes qu’elle croise sur les routes d’Ecosse. Ses expériences mènent le spectateur dans les rues pluvieuses de Glasgow, dans la forêt, sur une plage et même dans de mystérieuses maisons abandonnées.

Les thèmes du film sont la tentation, le pouvoir de la femme-piège, le désir sexuel et la solitude, un joli cocktail qui aurait pû me plaire mais décidément la SF et moi ça fait deux, et même la belle Scarlett Johansson n’a pas réussi à me faire entrer dans le monde fantasmé de ce film.

Si vous passez par là et que vous avez vu ce film je suis preneuse de vos impressions et ce d’autant plus qu’elles seraient positives ! Je n’aime pas avoir détesté un film…

90 printemps !

MOI 161

Aujourd’hui je souhaite un joyeux anniversaire à ma grand-mère adorée.

J’admire sa vivacité d’esprit, sa curiosité, sa force et son immense gentillesse. Elle a fait de mon enfance une période rêvée et me donne jour après jour de belles leçons de vie.

Cadeaux fleuris

DSCN2228

Depuis quelques temps je suis d’humeur fleurie. J’aime les imprimés floraux sur les vêtements et les accessoires. Et ça n’a pas échappé à mes amies, grandes et petites !

L’autre jour, alors que je ne m’attendais à rien, après mon soin du visage, Mélanie, ma très gentille esthéticienne m’a offert cette jolie pochette abondamment constellée de pétales. Ajoutez à cela un fond rose bien girly et vous ferez de moi une fille très souriante. J’aime beaucoup ce cadeau « just because » !

Et puis ce week end, c’est Olivine, bientôt 3 ans, qui m’a offert ce collier ajustable à la fleur so 70’s. J’adore !

Avec tout ça ma fashion fixette ne risque pas de passer de sitôt, pour mon plus grand plaisir ! Et vous, pour quel motif craquez-vous en ce moment ?

Club, swing et… ampoules !

DSCN2203

Ma manager avait récemment émis l’idée d’organiser une soirée team building mais n’avait pas d’idée d’activité (le manque d’imagination est le point fort de ma supérieure…).

J’ai pris les choses en main avec Isabelle, la plus chouette de mes acolytes de bureau et c’est ainsi qu’on s’est retrouvé au golf (et sous un soleil de plomb), moi et mes collègues, pour un moment de détente et de convivialité.

On avait choisi la formule découverte suivi d’un buffet campagnard. C’est Lucas, un prof diplômé d’Etat, qui s’est chargé de l’initiation de notre groupe qui a démarré par la prise en main du club de golf et par quelques indications (très) techniques. Après une toute petite démonstration on a testé notre swing et là… on a bien ri ! On a bien ri de nous ! Il faut dire qu’on avait chacun un style et une technique très personnels et des résultats plutôt… nuls ! Mais pour être tout à fait honnête je dois dire que certains ont pris un certaine assurance et ont finalement réussi à envoyer des balles assez haut et assez loin ! Moi en revanche j’ai stagné au niveau zéro. Et j’ai pris des ampoules à la main droite alors que d’après Lucas on se fait d’ordinaire des ampoules à la main gauche. Oui, quelque chose dans ma technique n’est pas au point !

Après cette séquence physique on s’est dirigé vers un green pour une séance de putting, un exercice plus doux que le swing, basé sur la précision et le toucher. J’ai beaucoup apprécié cet aspect du jeu, du sport devrais-je dire puisque la découverte du golf m’a ouvert les yeux sur le fait que le golf est bel et bien un sport et non pas un passe-temps pépère pour retraités bedonnants ! Le putting a été l’occasion de se lancer dans un petit concours par équipes entre collègues, histoire de nous souder et de nous mesurer les uns aux autres dans un bon état d’esprit de saine compétition.

Notre soirée s’est terminée par un agréable moment sur la terrasse du club, avec vue sur le practice et la forêt toute proche. Le buffet a été apprécié, les conversations ont été joyeuses et animées et les apprentis golfeurs étaient contents de leur découverte. Je crois qu’on peut dire que cette soirée a été une réussite. Maintenant il reste à voir si le team spirit va perdurer au-delà du green…

Villa avec piscine d’Herman Koch

DSCN2187

Marc, Caroline et leurs deux filles forment une famille sans histoire qui vit à Amsterdam. Lui est médecin et compte parmi sa patientèle Ralf Meier, un acteur de série télé, mari de Judith et père de deux garçons. Un été, les 2 couples et leurs enfants passent leurs vacances ensemble, dans une villa.

En apparence tout se passe bien, les enfants jouent ensemble, les adultes profitent du soleil et de leur temps libre pour se détendre au bord de la piscine ou à la plage, autour d’un repas ou sur des transats.

En apparence tout est normal mais au fur et à mesure de la lecture on découvre des comportements déplacés, on surprend des regards un peu trop appuyés ou équivoques. Et puis un soir, le drame se produit, Julia, la fille aînée de Marc est violée. A partir de ce moment, Marc n’aura de cesse de découvrir qui a abusé de sa fille et de mettre à exécution sa vengeance.

J’ai adoré ce roman troublant qui met le lecteur face à ses propres petitesses et qui égratigne le vernis de la classe moyenne qu’on pourrait penser bien sous tous rapports. J’ai aimé la construction du récit qui part de l’issue pour remonter aux tenants et aux aboutissants de l’histoire. Le cynisme et le détachement du héros sont déroutants et glacent les sangs, oui, oui, rien que ça ! Je vous recommande vivement ce roman si vous avez envie de vous plonger dans une intrigue haletante.

Ce que dit la 4è de couverture : « Médecin réputé mais amer d’une banlieue chic d’Amsterdam, Marc Schlosser est convoqué par le Conseil de l’Ordre à la suite du décès d’un patient : l’acteur star, et ami, Ralph Meier, avec qui la famille Schlosser venait de passer les vacances. Tout l’accable, et la veuve, Judith, est tenace. Erreur médicale ? Meurtre ? Que s’est-il passé cet été-là, dans la villa avec piscine ? »

PS : du même auteur j’ai lu Le dîner, un autre très très bon roman.

Apéro foot

DSCN2191

Ce soir a lieu la petite finale, le match Brésil – Pays-Bas à l’issue duquel sera attribuée la 3è place de la coupe du monde. C’est l’occasion de voir une dernière fois l’équipe auriverde et d’essayer d’oublier son humiliante défaite 1 – 7 (aïe !) face à l’Allemagne.

Tout à l’heure, chez moi, le match sera également gustatif puisque pour suivre l’événement j’ai à ma disposition des bières néerlandaises que j’ai rapportées d’Amsterdam et qui attendaient une occasion particulière pour être bues (je crois que ce moment est arrivé), des biscuits au gouda et une bouteille de bière brésilienne ! Eh oui, pour moi aussi foot rime avec bière !

J’ai parié une victoire 3 – 2 du Brésil et j’espère que le spectacle sera au rendez-vous. Malgré les apparences j’aimerais autant éviter d’avoir à noyer mon chagrin dans l’alcool !

H – 1

DSCN2170

A une heure du coup d’envoi du match Brésil – Allemagne la tension monte, monte, monte !

Mes 2 favoris sont en 1/2 finale, c’est chouette, certes, mais pourquoi diable disputent-ils la même 1/2 finale ?!

Mon coeur balance entre les rythmes brésiliens et la deutsche Qualität même si au fond de moi je crois savoir que je souhaite la victoire de mes voisins germains.

Mon coeur balance disais-je, et c’est bon signe, ça veut dire qu’il bat encore ! Mais qu’en sera-t-il tout à l’heure quand je serai à fond dans la dramaturgie qu’un match de foot peut engendrer ?

Bon, soyons sport et que le meilleur gagne comme on dit ! Oui mais plutôt l’Allemagne…! Hein ?!… OK, j’arrête…! Allez, tschuss !

Un 6-0 6-1 qui me fait plaisir !

DSCN2140

Ca y est, j’ai disputé mon premier tournoi officiel de tennis !

Si vous me suivez un peu vous savez que j’aime le tennis, que j’ai récemment encouragé les champions en Coupe Davis et à Roland Garros.

Depuis le 21 juin 2013 j’ai repris goût à ce sport que j’avais pratiqué dans mes jeunes années et auquel j’avais tourné le dos pendant presque… 2 décennies ! En un an j’ai pris une quarantaine de cours individuels, de quoi retrouver les bons gestes, me réapproprier la technique et surtout, surtout, rejouer avec plaisir.

La semaine dernière j’ai voulu marquer le coup de mon retour au tennis et quoi de mieux que de s’engager dans un tournoi pour fêter ce premier anniversaire ? Ni une ni deux je me suis inscrite en ligne et j’ai pris rendez-vous pour un match un dimanche après-midi. Je me suis présentée dans le club organisateur avec une petite appréhension et une grande interrogation sur ma manière de gérer la confrontation.

Après une séance d’échauffement au cours de laquelle je ne me sentais pas très inférieure à Stéphanie le match a commencé. J’ai choisi de servir bien que le service soit mon point faible. Erreur tactique ? Oui, peut-être. Mais c’est ça le manque d’expérience… Les échanges, les points et les jeux ont défilé à une vitesse incroyable et le score sans appel du 1er set est tombé : 6-0 !

A ce moment du match j’ai eu peur de me prendre un autre 6-0 dans la foulée… J’ai eu peur mais je me suis ressaisie ! Et d’entrée de set j’ai gagné un jeu ! Le tennis c’est dans la tête ! Stéphanie a rapidement égalisé et… a repris son rythme de croisière pour finalement empocher le 2è set 6-1.

Le score du match peut sembler sévère mais il ne reflète pas du tout le bonheur que j’ai pris à me retrouver là, en face d’une adversaire, dans un contexte officiel, sérieux. Car oui, j’ai adoré ce match, comme on adore des retrouvailles avec un être cher. Et je dois avouer que j’ai même éprouvé de la fierté d’avoir osé me présenter en compétition, toute seule, sans soutien extérieur et sans autre moteur que ma propre motivation et mon envie d’en découdre.

J’ai fait le débrief de ce match avec mon coach qui a estimé que mon engagement dans ce tournoi révèle du courage, oui, rien que ça ! Me l’entendre dire a été important pour moi qui ai une tendance à sous-estimer mes capacités et mon esprit de compétition. Et puis Stéphane m’a donné des conseils pour mes futurs matchs, il m’a insufflé de la confiance en moi, il m’a doublement fait travailler mon service, bref, il m’a soutenue dans ma démarche. Et c’est pour ça que j’adore mon coach, pour ses compétences techniques bien sûr mais surtout je crois pour son amour du tennis et son envie de partager le plaisir que ce sport peut procurer.

Au-delà du milieu du tennis d’autres personnes de mon entourage ont trouvé que j’ai été courageuse de vouloir me mesurer à une vraie adversaire et je dois dire que j’ai été très touchée par ces réactions également.

Cette expérience est la preuve qu’on peut transformer une défaite en élément positif ! Désormais je consulte avec intérêt le calendrier des prochains tournois organisés dans la région. Aurais-je pris goût à la compétition ?