Avec les animaux de Sainte-Croix

Je suis une fille de la campagne, certes. Mais je préfère la ville. Au quotidien. Et puis parfois me prend l’envie de grand air ou de voir les animaux.

C’est ainsi que dernièrement j’ai pris la route vers le parc de Sainte-Croix en Moselle.

Le parc permet d’aller à la rencontre de la faune européenne, voire mondiale et assure la préservation de certaines espèces menacées. On peut croiser des lynx, des lémuriens, des élans, des cerfs, des ours, etc… qui vivent ici en semi-liberté. Personnellement j’avais très envie de voir les loups, et les loups blancs arctiques en particulier.

Le parc s’étend sur 120 hectares largement arborés et offre un agréable lieu de promenade, dans le silence. La taille du parc permet de ne pas avoir d’effet de foule ; il y a de nombreux endroits où on se sent d’ailleurs comme seul dans les sentiers.

En cette saison le cerf est la star du lieu. De nombreux visiteurs se déplacent en effet pour le brame du cerf, impressionnant en journée et qui doit l’être encore plus de nuit.

Les photographes sont nombreux à espérer faire le cliché parfait. Les enfants sont émerveillés et les adultes profitent de la beauté et de la quiétude transmise par les animaux. Bref, tout le monde y trouve son compte.

Moi j’ai apprécié le calme qui m’a offert une véritable parenthèse, loin de mon quotidien, du bureau, de la routine de nos vies citadines et laborieuses.

Les animaux nous ramènent à nos besoins primaires. Respirer, manger, dormir. Au bonheur en somme !

La citation de la semaine # 77

Ca fait bien longtemps, trop longtemps, que je n’ai pas lu de poésie. Mais je sens se profiler l’envie de me plonger dans un monde merveilleux et onirique.

En général j’opte pour Les Fleurs du mal de Baudelaire ou pour Une saison en enfer de Rimbaud. Ces textes me font voyager et embellissent les réalités, même les plus dures. Et la vie en général.

Dans un autre genre et au quotidien j’écoute Julien Doré que je classe dans la catégorie des poètes contemporains.

Et vous, vous êtes sensible à la beauté de la poésie ?

La citation de la semaine # 67

J’essaie de positiver, le plus souvent possible. De voir les plus plutôt que les moins, et cela au quotidien.

Une bonne disposition d’esprit rend la vie plus légère. On se fait moins de souci, on anticipe moins les éventuels problèmes ou situations difficiles à venir et surtout, surtout, on profite de l’instant présent.

Il ne s’agit pas d’être dans le déni, dans l’absence de réflexion mais bel et bien de savourer ce que la vie nous apporte et ce en toute circonstance, même la plus funeste. Je suis convaincue qu’il y a toujours une petite flamme qui brille quelque part, même dans la plus sombre des obscurités.

Cet état d’esprit je l’ai appris et acquis grâce à quelqu’un que j’aime (beaucoup) et que je ne remercierai jamais assez de m’avoir ouvert les yeux sur la beauté de la vie, au jour le jour. Quoi qu’il arrive.