On se prépare !

Certains signes ne trompent pas. L’arrivée du grand sapin sur la Place Kléber en est un. La mise en place des décorations sur les façades des commerces du centre-ville en est un autre.

Oui, Noël approche.

A J-46, l’effevescence commence sérieusement à monter à Strasbourg, tout comme les commerçants sur leur échelle !

Champignons des villes

Comme chacun sait, il y a les rats des villes et les rats de champs.

Eh bien, pour les champignons c’est pareil !

Je n’avais jamais remarqué de coin à champignons en ville mais ceux-ci ne pouvaient pas passer inaperçu. Ils sont nombreux et de taille plutôt impressionnante.

Et urbains !

Invader alsacien !

Paris et Lyon ont leurs space invaders. Mais Strasbourg n’est pas en reste, voyez plutôt !

Elle est pas mimi cette cigogne pixelisée ?

Je l’ai découverte au détour d’une rue de mon quartier. Pour l’instant je n’ai déniché que cet exemplaire mais j’espère bien débusquer d’autres membres de la colonie !

Stolpersteine

C’est quoi ce titre me direz-vous ?

Stolpersteine est un mot allemand qui signifie littéralement « pierre sur laquelle on trébuche ». Il s’agit précisément de pavés en béton recouverts de laiton et gravés à la main destinés à rappeler le destin des victimes du nazisme en faisant « buter » le regard des passants sur ces pierres. Chaque pavé décline l’histoire d’une vie terminée prématurément pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les vingt premiers du genre ont été scellés le 1er mai dans les trottoirs de Strasbourg, à quelques rues de chez moi notamment. A terme, Strasbourg comptera des Stolpersteine pour chacun des 850 juifs de la ville déportés et tués par le régime nazi.

Cet hommage individuel me touche. Je trouve la simplicité de ces pavés en accord avec le message. Il suffit de peu de mots et d’un visuel simple pour comprendre l’horreur et surtout ne pas oublier cette sombre page de notre histoire.

PS : si vous passez par Karlsruhe vous pourrez également y voir de tels pavés. Je trouve la portée du message encore plus grande en Allemagne, non ?

Prévention (anti cons…)

Strasbourg a globalement été épargnée par les gilets jaunes mais samedi dernier les commerçants ont pris la menace au sérieux…

Il faut dire que le mouvement avait donné rendez-vous à des manifestants venant d’Allemagne, de Pologne, de Belgique.

Au centre ville l’ambiance était celle d’une ville morte, ou presque…

Clap de fin

Il est là depuis le mois d’octobre (si, si…), il a été décoré, admiré et il a été le témoin d’une cérémonie bien émouvante, en décembre.

Mais il est temps maintenant pour lui de tirer sa révérence et de quitter la place Kléber.

Clap de fin pour le grand sapin !