Débordement

Ce mois de janvier est placé sous le signe de l’eau.

Pluie, neige fondante, tout cela a fait monter le niveau de l’Ill, élargissant le terrain de jeux des canards.

Les promeneurs et les joggeurs, quant à eux, ont dû changer leurs habitudes !

Blanc comme neige ?

Ok, on est en hiver, et en cette saison le blanc est synonyme de neige. Mais c’est d’une banalité !

Le blanc c’est aussi la couleur de l’argent passé à la machine des paradis fiscaux.

Ou la propreté d’un vêtement qui a profité d’un nettoyage à sec.

Cette pub m’a fait sourire. Je la trouve impertinente et c’est plutôt rare que le pressing prête à sourire, non ?

Tout nu, tout beau !

Non, je ne parle pas de M. ! Quoi que… !

Non, sérieusement, je parle du grand sapin qui a (déjà…) débarqué au coeur de la ville. Il est encore tout nu, tel que peu de touristes le verront.

J’ai beau ne pas vraiment aimer la période qui s’annonce, je me sens toujours comme une privilégiée quand je vois l’arbre qui illuminera la place Kléber avant qu’il ne revête ses habits de fête.

L’anachronisme annuel

Bon, 2017 ne fait pas exception… Cette année encore le cirque commercial de Noël démarre tôt…

Comme tous les ans je n’ai pas envie d’entendre parler de fêtes de fin d’année à peine la rentrée passée. J’ai plutôt envie de profiter de chaque chose en son temps, moi…

Comme tous les ans je risque fort d’arriver à Noël déjà bien gavée par cette fête (que je n’apprécie guère)…