Il y a 3 ans, comme si c’était hier

Il y a des dates comme ça, des dates qu’on n’oubliera jamais. Il y a des dates qui laissent des souvenirs indélébiles dans la mémoire collective. Et dans la mémoire de chacun.

Dans cette catégorie il y avait le 11 septembre 2001. Je me souviens très bien de ce jour, de ce que je faisais, avec qui j’étais, le temps qu’il faisait.

Puis il y a eu le 7 janvier 2015 qui a retenti comme une sorte de 11 septembre français. Suivi du 13 novembre de la même année…

Comme les victimes des attentats du 13 novembre 2015 j’étais en train de prendre un verre, avec un ami, dans un bar. A Strasbourg. Le week end avait bien commencé ce vendredi soir là. Il faisait doux, mais on n’était pas en terrasse. On profitait de notre temps libre après une semaine de travail, on parlait de photo. D’art. De belles choses.

Et puis quelque chose a basculé. Comme on le fait souvent, on a machinalement consulté quelques pages sur nos smartphones et là… l’incrédulité a remplacé notre insouciance. Presque instinctivement on a compris que quelque chose de grave se jouait à Paris même si on n’avait encore que des bribes d’info. Mon ami a contacté des personnes qu’il savait être dans la capitale. Il avait besoin de savoir que ses connaissances allaient bien.

Moi j’ai eu un appel de mon amant qui venait d’atterrir à CDG, de retour d’un déplacement pro aux Etats-Unis. En fait c’est lui qui m’a dit que c’était le bordel à Paris. Il a été la première personne connue qui m’a parlé de l’ambiance qui régnait là-bas. Au creux de l’oreille. Je me souviens qu’on ne savait pas trop quoi se dire (et qu’on n’avait pas beaucoup de temps pour discuter, comme trop souvent…) mais ces quelques mots ont imprimé ma mémoire à jamais. Et j’avais le sentiment de vivre un moment très particulier.

La suite de la soirée n’a plus du tout eu la même saveur, nos cocktails non plus… Et les jours suivants, j’ai pleuré. Pleuré pour Paris qu’on avait attaquée et blessée. Une part d’insouciance a disparu en moi suite à ces événements, c’est certain, mais pas mon amour pour la France et tout ce qui fait sa beauté et sa grandeur, et plus particulièrement pour amour pour Paris car sa vie continue, toujours aussi inspirante et inspirée.

Dans ma vie intime, mon amant est retourné à sa vie d’homme marié d’avant mais il est toujours dans mon coeur. Aucun jour ne passe sans que je ne pense à lui. Ce qui s’est écrit ce soir de novembre m’a marquée à jamais, à l’image de la France.

Mon amour pour Paris est éternel, tout comme l’est celui pour mon amant.

La Liberté du Luxembourg

Le moins qu’on puisse dire c’est que je ne m’attendais pas à croiser cette statue !

Je savais bien sûr qu’il y a une réplique de Miss Liberty au pied de la tour Eiffel mais tomber nez à nez avec un autre exemplaire, au détour d’un sentier du jardin du Luxembourg a été une vraie surprise.

C’est ce genre de chose qui fait mon amour pour Paris. Cette ville, pleine de merveilles, de surprises, de poésie et de beauté, là, juste au coin de la rue oblige le promeneur à garder les yeux et l’esprit ouverts. Et « force » chacun à rester curieux et à cultiver sa part d’enfance.

Paris c’est le quotidien magnifié. Elle me le prouve à chacune de mes escapades dans la capitale.

Cache-cache parisien

Je vais à Paris plusieurs fois par an, pour me balader, pour prendre mon shoot de « bonheur capitale » et pour faire quelques photos de cette ville très inspirante.

La tour Eiffel n’est pas toujours sur l’itinéraire de mes flâneries mais samedi, alors que j’arpentais les rues au gré de mon inspiration, elle n’était jamais loin. Mais pas tout près non plus.

C’est comme ça que je l’apprécie le plus, quand je la découvre entre des immeubles, presque par hasard, comme on tombe sur un visage connu sans s’y attendre. Savoir qu’elle est proche mais pas forcément visible si on ne lève pas les yeux, jouer à cache-cache avec elle, voilà un petit plaisir tout simple qui me transporte.

Avec la reine des blogueuses

Il y a une semaine tout pile, j’ai rencontré Deedee, THE blogueuse !

Il y a de nombreuses années déjà (eh oui, time flies…), j’ai découvert le monde des blogs par le biais du sien que je vous recommande si vous ne le connaissez pas encore (il serait temps !) et que je n’ai jamais lâché.

J’avoue qu’en chemin je me suis dit que j’étais un peu gonflée de débarquer comme ça, juste pour faire causette. Mais j’ai finalement sonné à la porte de Deedee que j’ai reconnue bien sûr et que j’avais l’impression de connaître bien qu’on ne se soit jamais rencontré auparavant. Elle, en revanche, en ouvrant la porte a découvert mon visage. Et un grand sourire. Aussi grand que le sien !

On a passé un agréable moment, dans son nouvel espace de travail, d’échange et de détente aussi. J’ai visité les lieux comme on visite l’appartement d’une copine, j’ai jeté un oeil aux jolis toits parisiens qu’on peut voir du 6è étage et j’ai posé mes fesses sur ce très beau canapé !

On a discuté, longuement, comme si on se connaissait, sans filtre. On a parlé de nous, de nos goûts, de nos doutes, des gens, de la pluie, du beau temps, de notre belle capitale, de nos doutes et de nos craintes, etc… Bref, on a passé un bon moment entre filles.

Après cette jolie pause je suis repartie à l’assaut des rues de Paris où j’adore flâner en me disant que, oui, vraiment, le blog (et le lien qu’il peut créer) est un bien bel outil. Et qu’il peut être une passerelle pour aller du virtuel à la vraie vie et pour rencontrer de bien jolies personnes.

Deedee, si tu passes par là, j’en profite pour te remercier une nouvelle fois pour ton accueil et ta disponibilité. Et à une prochaine fois peut-être !

Les petits bonheurs # 37

7 jours passés loin du bureau m’ont permis de faire pas mal de choses.

Cette semaine

  • j’étais en vacances, donc.
  • j’ai déposé un livre dans la boîte au bout de ma rue.
  • j’ai déjeuné avec Farid.
  • j’ai croisé ma voisine-qui-a-déménagé-dernièrement. On a échangé quelques mots et c’était bien agréable de se revoir par hasard.
  • j’ai mis mon joli rouge à lèvres Red Sunset.
  • j’ai mis mon joli rouge à lèvres Rose Vanity.
  • j’ai pris le TGV.
  • j’ai pris le métro. Oui, j’aime prendre le métro. Parce que c’est pratique. Parce que ça veut dire que je suis à Paris, une ville que j’adore.
  • je me suis promenée sous la pluie. Et sous le soleil aussi.
  • j’ai lu le Elle spécial mode.
  • j’ai fait quelques petites courses avec ma mère.
  • j’ai déjeuné avec Mélanie. On a bien discuté et rigolé aussi !
  • j’ai fait une sieste.
  • j’ai passé une soirée avec Mekki, au café du TNS que j’ai enfin découvert !
  • j’ai fait un passage en revue de ma garde-robe automne-hiver. Et j’ai plein de trucs que j’ai hâte de porter.
  • j’ai déjeuné avec Isabelle, une gentille ex-collègue.
  • j’ai chaussé mes belles Adidas noires pour la première fois.
  • j’ai vu une magnifique Bentley.
  • je suis allée chez le coiffeur.
  • j’ai mis mon poncho. Je vous ai dit que j’adore les ponchos ?
  • j’ai passé une agréable soirée avec Muriel.
  • on a fêté l’anniversaire de Mélanie et de sa maman.
  • je n’ai pas porté de montre, comme d’habitude quand je suis en vacances.

Voilà, mes petites vacances se terminent. Il est temps de reprendre le chemin du bureau, après une bonne nuit de sommeil et les batteries bien rechargées.

Hiver royal

dscn4351

Une escapade à Paris est toujours une occasion d’aller voir les colonnes de Buren et le jardin du Palais Royal qui se situe tout à côté.

Je trouve cet endroit particulièrement harmonieux et paisible. Il fait bon y flâner par tous les temps, même par temps très gris. Et ça c’est très fort !

Vive Paris en hiver !