La citation de la semaine # 45

recite-hbghnc

Alors là, je suis tout à fait d’accord !

Quand on veut vraiment faire quelque chose on veut bien le faire. C’est d’ailleurs à ça qu’on reconnait ce qui nous tient vraiment à coeur.

Ce qu’on accepte de faire de manière approximative, sans y consacrer suffisamment de temps, d’efforts et d’enthousiasme c’est ce qui n’est pas vraiment important à nos yeux, non ?

La citation de la semaine # 10

recite-cd6yxe

Etre jeune, être vieux, ça n’est pas seulement une réalité physique. C’est aussi, et surtout, un état d’esprit, une manière de voir la vie.

On connait tous des vieux de 20, 30, 40 ans, des gens repliés sur eux-mêmes, sans enthousiasme et qui font preuve d’un manque de curiosité et de créativité notoire. Et puis on connait aussi des jeunes de 80 ans voire plus, alertes et enjoués, toujours prêts à découvrir quelque chose de neuf et à se réjouir du lendemain.

J’espère ne jamais faire partie de la première catégorie et je fuis le plus possible ceux qui s’y complaisent. J’ai pas envie d’être vieille moi, pas du tout du tout !

Ma journée à Roland Garros

2

Voilà, Roland Garros c’est déjà fini… C’est incroyable comme ces 2 semaines de tennis ont filé…

Cette année, comme en 2012, j’ai eu la chance d’assister à une journée de ce fabuleux tournoi que je suis à la télé depuis… toujours. Et comme en 2012 j’ai quitté le stade avec un fort goût de reviens-y dans la bouche. En 2015 j’aimerais pouvoir admirer les joueurs pendant 2 jours de compétition mais ça c’est une autre histoire alors arrêtons de rêver et revenons-en au 27 mai 2014.

Après un réveil très matinal et quelques heures de transport je suis arrivée Porte d’Auteuil vers 10 heures, soit une heure avant le début des matchs. Sur les conseils de mon coach, j’ai profité de ce temps pour assister à l’entraînement de la serbe Jelena Jankovic sur un court annexe. Etre à quelques mètres à peine de la joueuse et quasiment au niveau du terrain m’a permis de me rendre compte de la vitesse folle à laquelle la balle traverse le court. Impressionnant ! Et puis j’ai également vu toute la concentration, le sérieux, l’application et la rage de gagner de cette joueuse. J’ai également mis cette petite heure à profit pour flâner dans les allées encore assez calmes et pour faire marcher le commerce !

C’est donc délestée de quelques euros et déjà bien imprégnée de l’ambiance Roland Garros que j’ai rejoint ma place pour assister aux derniers matchs du 1er tour sur le cour n°1. Les hostilités ont démarré avec le match Dimitrov (le chéri de Maria Sharapova) – Karlovic (un joueur croate de 2,08 m !). J’ai trouvé le match assez peu intéressant, le joueur bulgare n’ayant opposé qu’une faible résistance au géant. J’ai ensuite assisté au match Stephens – Peng qui a offert une opposition de style, l’Américaine proposant un jeu puissant alors que la Chinoise avec son coup droit et son revers à deux mains était plus subtile. C’est finalement Stephens qui s’est imposée au terme d’un match où j’ai vu de très beaux échanges, des services rapides et puissants et des joueuses très combatives. Puis a suivi le match Llodra – Verdasco et l’occasion pour moi de dégainer le drapeau tricolore. Notre compatriote n’a pas vraiment pû défendre ses chances face à cet Espagnol teigneux et coriace. Il a même dû faire interrompre le match pour se faire soigner avant de s’incliner pour la dernière fois à Roland Garros. En effet, ce match a été le dernier de sa carrière en simple Porte d’Auteuil. A cette occasion la FFT avait prévu une petite cérémonie et la remise d’un trophée en l’honneur du joueur qui a fait un court discours émaillé de larmes et de beaucoup d’émotion.

Et là, c’était déjà le moment pour moi de penser au trajet du retour vers Strasbourg. J’ai donc quitté Roland Garros sans pouvoir assister au 4è match programmé (Safarova – Minella) mais non sans avoir approché Michaël Llodra qui s’est plié avec le sourire à une séance de dédicaces à la sortie du court.

Je garde de ce mardi de belles images dans la tête et dans mon appareil photo et je remercie le ciel parisien de m’avoir épargné la pluie tout au long de cette journée à la météo automnale qui n’aura néanmoins pas réussi à tempérer mon enthousiasme.