Poésie et mini moto

Je suis la carrière de Julien Doré de loin, par petites touches, presque timidement mais toujours avec bonheur et curiosité. Un peu comme on picore un délicieux dessert, histoire de faire durer le plaisir.

J’avais acheté mon billet pour ce concert en octobre, en me disant que d’ici le mois de mars j’aurais le temps de me plonger dans &, le nouvel album du blondinet. Mais je n’en ai rien fait et j’ai découvert les nouvelles chansons le soir du concert, tout simplement.

Le spectacle est un mélange de poésie musicale et visuelle. La mise en scène est sobre et tellement marquée à la fois. Elle repose sur un décor simple et apaisant où défilent des images du film Histoire d’& qui a accompagné la sortie de l’album. On est immédiatement plongé dans un univers clairement identifié et identifiable.

Julien Doré c’est un doux mélange de poésie, d’accent nîmois, de cheveux longs, de ukulélé et de mélodies efficaces. J’ai bel et bien retrouvé tous ces ingrédients l’autre soir. Pas de tromperie sur la marchandise !

Outre la musique, j’ai adoré les moments d’échange, les tendres gestes de la main (qui m’ont furieusement fait penser à quelqu’un que j’aime), les histoires de cumulo-nimbus et de pistils (absolument !), cet univers décalé et dandy qui reflètent une belle personne, sensible et sensuelle.

J’ai adoré aussi la danse avec le piano, les sauts survoltés et la sortie en mini moto que seuls les spectateurs qui sont restés pour le rappel ont vu ! Eh oui les filles, fallait rester jusqu’à la fin du concert. A vouloir sortir du parking le plus rapidement possible vous avez raté le beau casque bronze et le bruit du moteur de la mini moto ! Sans compter les jambes nues du garçon. Oui, oui, on a bel et bien vu Julien Doré en boxer !

J’en ai donc pris plein les oreilles et les yeux l’autre soir. Et depuis & tourne en boucle dans mon salon ou dans ma voiture ! Un peu de douceur dans notre monde n’est jamais de refus.