Ma (petite) revue ciné de juillet

Il a fait (trop) chaud à Strasbourg en juillet. Pour échapper aux rayons du soleil j’ai passé quelques heures au ciné, sous la clim !

J’ai vu Grand Froid de Gérard Pautonnier. C’est un film assez inclassable et réjouissant malgré le sujet qu’il traite, à savoir la mort. D’ailleurs c’est une comédie ! C’est l’histoire de l’entreprise de pompes funèbres d’Edmond Zweck qui compte deux employés et qui est au bord de la faillite. Les deux employés, l’un rompu au métier (qui a peur de vieillir) et l’autre novice (qui déborde d’énergie et un peu naïf aussi) sont un jour amenés à conduire un défunt jusqu’à sa dernière demeure, faisant renaître l’espoir du patron. Mais cette mission va tourner au fiasco et laisser la place aux confidences entre les employés qui scellent en cette occasion une touchante relation père – fils. J’ai aimé ce film burlesque placé sous le signe de l’humour noir et de l’absurde. Le film est drôle et permet d’exorcise la peur qu’on peut avoir de la mort. J’ai trouvé ça très fort. Je me suis même surprise à rire, oui oui. Il faut dire que Bacri est impayable. Et certaines situations ne peuvent que prêter à sourire, voire à rire.

J’ai aussi vu Le Caire confidentiel de Tarik Saleh. La bande-annonce m’avait fait une bonne impression (ça n’est pas si courant pour être souligné) qui s’est confirmée à la visualisation du film. L’action démarre quelques jours avant les événements de la Place Tahrir en 2011. Nourredine, un policieur intègre mais pas trop enquête sur l’assassinat d’une jeune chanteuse dans un hôtel de luxe. Au fur et à mesure de ses investigations il découvre que des proches du pouvoir pourraient être mêlés à ce meurtre, faisant de lui une cible… Il côtoie les bas-fonds et la haute société et la corruption à tous les niveaux. Les ingrédients classiques du film noir sont bien présents : pouvoir, sexe, vie nocturne et violence. Ils plongent le spectateur dans les réalités sociales et politiques d’un pays qui va basculer dans la révolte et où chacun s’accommode de l’injustice et de l’absence plus ou moins assumée de la morale. Un très bon film que j’ai adoré et que je vous recommande.