2 jours aux Internationaux de Strasbourg

Roland Garros bat son plein. Mais cette année j’ai dû faire une croix sur une escapade à Paris pour cette occasion. Alors je regarde le plus de matchs possible à la télé (faut pas déconner !) et je me suis offert 2 jours aux Internationaux de Strasbourg, le tournoi féminin qui fait figure de répétition générale pour les joueuses avant la session parisienne. Cette année l’affiche était alléchante : 12 des 50 meilleures joueuses mondiales étaient dans le tableau.

J’avais pris des billets pour les 1/4 de finale qui se sont joués le jeudi de l’Ascension (vive les jours fériés !) et pour la finale qui a été disputée le samedi, sous un soleil généreux, voire plus !

La journée de jeudi a démarré par un beau match entre l’Espagnole Carla Suarez Navarro et la musculeuse Australienne Samantha Stosur que j’avais déjà vu jouer ici, en 2015 et qui s’est imposée grâce à son jeu tout en puissance. Et puis on a pu admirer les coups offensifs de Daria Gavrilova, une autre Australienne, face à Ashleigh Barty, australienne elle aussi ! Ces deux matchs ont été spectaculaires et très disputés. Le match 100 % australien s’est disputé en 3 sets, avec un suspens maximal, pour mon plus grand plaisir. C’est finalement la blonde qui s’est imposée, grâce à une incroyable et admirable combativité.

Les deux matchs suivants ont été beaucoup moins intéressants, et particulièrement celui entre Kristyna Pliskova et Caroline Garcia. La confrontation n’a été qu’une suite de fautes et une absence d’engagement. Et c’était bien dommage pour les spectateurs (chauvins) qui avaient attendu le début de ce match pour arriver au stade… La Française l’a finalement emporté mais le tennis féminin n’est pas sorti grandi de cette partie… Et pour finir, le dernier 1/4 de finale a opposé l’Américaine Shelby Rogers à la Chinoise Shuai Peng qui a un jeu un peu atypique, avec son coup droit et son revers à deux mains et qui a fini par faire mouche ! J’ai trouvé l’Américaine assez nonchalante et trop peu impliquée dans le jeu.

La journée a été intégralement baignée de soleil, ce qui a valu des dégâts sur la peau de nombreux spectateurs. Mais surtout, le beau temps m’a permis de profiter au maximum de ces moments dans les tribunes et de me donner envie de revenir deux jours plus tard, pour la finale !

Le samedi j’étais donc de retour dans le stade. Et cette fois c’était pour l’ultime partie du tournoi. J’aime beaucoup l’ambiance des finales ; il règne une ambiance particulière, il y a une effervescence spécifique et on sent vraiment que le dénouement est proche. Le week end australien a pu continuer puisque la finale était 100 % made in Australia! Je me réjouissais de revoir deux joueuses offensives et combatives et je m’attendais à un jeu intéressant. Le spectacle et le jeu ont été au niveau de mes attentes, pour mon plus grand plaisir. La finale, très disputée, s’est jouée en 3 sets, ce qui est toujours sympa pour le suspens. Samantha Stosur s’est finalement imposée, comme en 2015. La plus expérimentée des joueuses a su gagner les points importants et dépasser le stress. Elle a fait preuve d’une plus grands maîtrise que son adversaire, aux moments opportuns. Quel talent !

Je suis ravie de mon week end dans les tribunes d’un tournoi auquel je peux assister très facilement puisqu’il se joue à côté de chez moi et auquel je peux me rendre en tram, dans l’état d’esprit de cette compétition qui se veut éco-responsable. Ou comment joindre l’utile et l’agréable.

Décidément, le tennis est vraiment un sport parfait !

La finale des Internationaux de Strasbourg

043

Paris a Roland Garros, Strasbourg a ses Internationaux, un tournoi du circuit féminin considéré comme l’ultime et parfait tour de chauffe avant le rendez-vous de la Porte d’Auteuil. Et ça fait 29 ans que ça dure.

De grandes joueuses ont inscrit leurs noms au palmarès des IS : Novotna, Davenport, Graf, Capriati, Rezaï, Sharapova, Petkovic, Cornet entre autres.

Cette année la finale a opposé la Française Kristina Mladenovic à l’Australienne Sam Stosur. La Française a bien démarré son match pour rapidement mener 3-0 et s’imposer dans le premier set. Tout s’est compliqué par la suite, la joueuse australienne ayant pris ses marques et la mesure de son adversaire. Et puis il faut dire que ses services à plus de 190 km/h n’ont pas facilité la tâche de notre compatriote… qui a perdu les 2 sets suivants (6-2 6-3) mais qui a tout de même bien défendu ses chances.

J’ai été impressionnée par la vitesse du jeu, la ténacité de ces joueuses qui nous ont offert une belle finale malgré le vent assez gênant. J’ai admiré les coups parfaitement exécutés, tout en puissance et aussi en finesse parfois. J’ai aussi admiré la capacité de concentration des joueuses et la régularité de leur lancer de balle (cet aspect m’épatera décidément toujours !).

Kristina Mladenovic a depuis remporté son match du premier tour à Roland Garros face à Eugénie Bouchard, la preuve s’il est en que les Internationaux de Strasbourg lui ont été bénéfiques malgré la défaite samedi.