Le cadeau de mon esthéticienne

DSCN3578

Mélanie est mon esthéticienne. Certes. Mais au fil du temps elle est devenue bien plus que ça, jusqu’à se transformer en amie. Une amie qui m’est précieuse. A qui j’aime faire des cadeaux et qui aime bien m’en faire aussi.

Pour Noël elle m’a offert La Thé Box et je dois dire qu’elle a tapé dans le mille. Mais elle n’avait aucun doute là-dessus puisqu’elle connait mon goût pour le thé, boisson qu’on partage d’ailleurs après chacun de mes rendez-vous à l’institut.

Le coffret Le Royaume de Noël se compose de thés bien sûr mais aussi de douceurs sucrées telles que de la marmelade orange cannelle, du massepain et des étoiles et des lunes à la cannelle. Certaines des marques de thé me sont connues (Palais des Thés, Dammann Frères) mais j’en découvre aussi certaines (Tchaba, La Malle à Thé) et il y a même une création made in La Thé Box, Yonah (rooibos et caramel. J’en salive d’avance !).

Globalement les saveurs sont épicées (cardamome, cannelle), fruitées (litchi, noix de coco, agrumes, pomme) et fleuries (bleuet, rose, hibiscus) ce qui promet de délicieuses pauses thé dans les prochains temps.

Merci Mélanie pour ce cadeau goûteux !

2015 dans le rétroviseur

images (7)

C’est la fin de l’année et avec elle arrive le moment de faire un bilan, histoire de me rendre compte que certes le temps a filé, mais surtout que j’ai profité de la vie et de ceux qui m’ont entourée. Voir le verre à moitié plein est ma nouvelle philosophie. On y croit !

Si je me réfère à ce que j’avais envisagé en début d’année voilà ce que je peux dire sur les 12 mois écoulés.

Côté cheveux (vous savez, le seul aspect de mon physique dont je suis à peu près satisfaite) je crois que j’ai trouvé le bon rythme de mes passages chez Julie et Ségolène. Un rafraichissement de coupe tous les 2-3 mois permet d’avoir une tête convenablement coiffée tout au long de l’année ! Et puis, je me suis fait faire des mèches. Et ça c’était cool ! Ca a mis de la lumière dans ma tignasse et l’effet longue durée offre finalement un bon rapport qualité/prix. Côté peau j’ai bien sûr été fidèle aux soins de ma très chère Mélanie qui, en plus d’être une super esthéticienne, s’est avérée (ou plutôt a confirmé) être une super amie, pleine de sensibilité et capable d’une belle écoute. Et dieu sait que dernièrement j’avais besoin de parler et d’être écoutée ! Qu’il est bon de prendre soin de soi et qu’il est bon de laisser à d’autres le soin de s’occuper de soi de temps en temps !

Comme prévu je suis allée en Allemagne, histoire de mettre en pratique mes récents acquis linguistiques. J’ai visité Hambourg, une ville où j’ai aimé me promener, dans les quartiers riches autant qu’aux abords des installations portuaires.

J’avais envisagé de m’offrir des fleurs de temps en temps… ça s’est soldé par l’achat d’une seule et unique plante, d’un cactus en plus ! Mais bon, j’adooooore les cactus ; d’ailleurs je leur rends visite dès qu’un jardin botanique se présente sur mon chemin.

J’avais démarré l’année sur de bonnes bases de lecture mais au fil du temps mon goût et surtout ma patience se sont étiolés et mon compteur est resté bloqué à 9 livres lus… Et puis pour ne rien arranger, Jennifer, la gentille libraire de mon quartier a cédé sa boutique et depuis l’ambiance n’est plus du tout la même ; Soif de Lire a perdu une part immense de son attrait. Bref, côté lecture c’est un fail cette année…

Le point suivant, en revanche, est ma grande, que dis-je, ma très grande satisfaction de l’année. Qui aurait cru qu’un jour je serais accro au sport, enfin au tennis, que j’aurais l’esprit de compétition et que je serais fière de mes performances ? Pas moi en tout cas ! Et pourtant ! 2015 a été l’année de mes premières victoires en compétition et celle d’une belle progression au classement.

On en vient maintenant à la gourmandise et on pourrait croire que dans ce domaine j’ai assuré parce que oui, la gourmandise c’est TRES important pour moi. En tous cas ça l’est en temps ordinaires. Alors oui, j’ai mangé, normalement, un peu trop parfois, puis beaucoup moins, jusqu’à très peu tout dernièrement. J’ai en ce moment un rapport un peu particulier à la nourriture. Je gère l’effort en quelque sorte… Je ne mange pas si un resto est prévu, je ne mange pas le lendemain d’un resto, etc… J’ai en revanche toujours l’envie de faire de la pâtisserie et je me suis remise aux fourneaux il y a quelques jours mais très clairement je ne me suis pas tenue au rythme d’une nouvelle recette par mois. Je peux mieux faire !

Sur le blog rien n’a changé…

Sur le plan relationnel je crois qu’on peut dire que 2015 a tenu toutes ses promesses… oui, les émotions ont été là, positives ou non d’ailleurs mais j’ai clairement partagé des moments forts avec les gens que j’aime. J’ai fait de belles rencontres, j’ai poursuivi mes discussions avec mon gentil coach (on a notamment parlé des attentats, du suicide d’une de ses connaissances, du décès d’une personne qu’il n’aimait pas forcément beaucoup mais qui l’a tout de même touché, de la beauté de Strasbourg, etc…). Et puis cette année j’ai eu la force (ou le courage, ou l’honnêteté) de refuser au moins une invitation ! Pour moi c’est ça aussi entretenir de bonnes relations avec les autres, c’est ne pas s’imposer les autres ! Je n’ai finalement pas ressenti l’envie de recontacter MS. Et puis j’ai soutenu et je continue de le faire, quelqu’un qui m’est très cher et qui lutte contre la maladie depuis le mois d’août. Quelqu’un qui me parle plus qu’avant (c’est fou) et qui, je crois, m’aime plus que je ne le pensais.

Et pour finir je dois avouer que j’ai lamentablement raté le défi photo hebdomadaire… L’intérêt pour cet exercice m’a définitivement quittée quelque part en novembre, après quelques épisodes plus ou moins assidus depuis le mois de septembre.

Voilà pour ce regard dans le rétro. Finalement le bilan est plutôt positif, non ?

Ma (petite) revue ciné de décembre

J’aime aller au cinéma au mois de décembre, j’aime me sentir comme dans un cocon, coupée de la frénésie qui règne dans les rues et les magasins.

168634.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

J’ai vu Les cowboys de Thomas Bidegain, un film qui a bénéficié d’une bonne critique dans les média. C’est l’histoire d’un père qui part à la recherche de sa fille. Mais Kelly n’a pas été enlevée, non, elle est partie de son plein gré et n’a pas envie qu’on la retrouve. Le père s’obstine toutefois, approche les réseaux de musulmans extrémistes qui pourraient avoir des informations sur l’endroit où se trouve sa fille. Il entraîne son fils dans ses recherches, un fils qui a envie de retrouver sa soeur, certes, mais pour savoir qu’elle va bien, rien de plus. Alors que le père, lui, veut ramener sa fille à la maison. Chose qu’il ne parviendra pas à faire, au prix de sa vie… L’histoire est intéressante mais je n’ai pas aimé ce film, je n’y suis jamais vraiment entrée, la faute à la réalisation et à la photo qui ne m’ont pas touchée. Dommage…

306714.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Et puis j’ai vu Back home de Joachim Trier. C’est l’histoire de la préparation d’une exposition consacrée à une photographe de renommée internationale décédée 3 ans plus tôt. A cette occasion, son mari et ses deux fils sont amenés à se réunir, faisant resurgir les fantômes du passé. Il est question ici de communication au sein d’une cellule familiale en crise, de passion pour son métier et de la difficulté pour cette photographe de revenir à la vie normale, une fois rentrée chez elle alors qu’elle a côtoyé l’horreur et la mort au travers de son activité professionnelle. Il est aussi question de travail sur soi, de questionnement sur qui on est, de quête de sens. J’ai adoré ce film à forte connotation psychologique. Et que dire du jeu d’Isabelle Huppert (pour moi la meilleure actrice française) qui est parfaite dans les rôles de mère, de femme et de fantôme. J’ai trouvé ce film très touchant et très riche de bout en bout. Un vrai coup de coeur ! Il m’a un peu rappelé L’épreuve que j’avais vu en mai et que j’avais également beaucoup aimé. Décidément l’univers de la photo est humainement très intéressant (mais ça c’est pas une découverte, juste une confirmation).

Muffins coco-cannelle

DSCN3577

Vous n’êtes pas sans savoir que dernièrement j’ai quelque peu perdu l’appétit et pas mal de poids… Pourtant, hier j’ai eu envie d’enfiler mon tablier de pâtissière pour me préparer quelques douceurs qui viendraient accompagner mon afternoon tea du dimanche. J’ai choisi de réaliser des muffins car c’est simple et rapide à faire.

pour 10 muffins il faut : 95 gr de beurre ramolli, 100 de sucre semoule, 2 oeufs, 1 yaourt nature, 150 gr de farine, 1 sachet de levure chimique, 2 cuillères à café de cannelle moulue, 100 gr de noix de coco en poudre.

La marche à suivre :

– dans une terrine, fouetter 75 gr de beurre avec le sucre.

– ajouter, sans cesser de mélanger, les oeufs, le yaourt, la farine en pluie, la levure, la cannelle et la noix de coco.

– verser cette préparation dans les moules beurrés.

– cuire au four préchauffé à 180° (th. 6) pendant 25 minutes.

– démouler tiède et laisser refroidir sur une grille.

Voilà, y a plus qu’à savourer. Miam !

Un shampooing de pro

DSCN3572

Mes coiffeuses utilisent des produits Biosilk alors quand j’ai eu l’occasion d’acheter un shampooing de cette marque lors d’une vente privée je n’ai pas hésité une seconde.

Ces produits contiennent de la soie et des acides aminés qui apportent de la vitalité et de la brillance aux cheveux.

Pour mes cheveux secs j’ai naturellement opté pour le shampooing Hydrating Therapy. Le quinoa qu’il contient (eh oui, on ne trouve pas le quinoa que dans nos assiettes !) a des vertus hydratantes (que je ne connaissais pas).

Après quelques jours d’utilisation je trouve mes cheveux brillants et doux. Et ils ont ce parfum indéfinissable de propreté et de salon de coiffure que j’adore.

Le produit mousse généreusement, très généreusement même, mais le rinçage n’en n’est pas moins aisé et ça c’est un vrai plus quand on s’adonne au shampooing quotidien (je sais, c’est mal !). Ben oui, je n’ai pas envie de passer des heures à rincer mes cheveux chaque jour, le matin faut que ça aille vite !

Autres points positifs, ce shampooing ne contient ni sulfate ni paraben et n’est pas testé sur les animaux. Je crois qu’on peut dire qu’il a tout bon quoi !

JPG de Noël

DSCN3570

Comme chacun sait on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Et à Noël aussi… oui !

Je ne me prive pas tout au long de l’année et je n’ai pas besoin de plus de prétextes pour dépenser des sous en décembre qu’à un autre moment mais je m’offre en général quelque chose de différent à l’approche des fêtes, parfois quelque chose qu’on ne trouve pas le reste de l’année.

Cette fois j’ai craqué pour ce coffret Merry JPG de Monsieur Gaultier, le seul, l’unique ! C’est beau et ça sent divinement bon.

Et comme j’ai un immense besoin de rose et de douceur ces temps-ci (I wonder why…), oui, il tombe vraiment à pic !

St-art 2015

DSCN3507

St-art est devenu au fil des années mon rendez-vous incontournable avec l’art contemporain.

J’aime la diversité des oeuvres exposées (peintures, sculptures, photos, vidéos…) et l’ambiance qui règne dans les allées de cette foire, une ambiance à la fois arty et décontractée qui permet aussi aux moins érudits en art (comme moi ?) de se sentir à l’aise.

A l’occasion de cette 20è édition l’accent a été mis sur la photo, pour mon plus grand plaisir. La MEP, choisie pour être l’invitée d’honneur, a présenté quelques oeuvres de Bettina Rheims, en avant-première de la grande rétrospective qui sera consacrée à la photographe à Paris début 2016. Et puis une dizaine de galeries ont exposé des photos allant du portrait aux vues du ciel en passant par le photojournalisme et les paysages.

Côté peinture mon goût pour les couleurs éclatantes s’est confirmé. Les travaux de Carl Soete présentés par la galerie belge mad art m’ont particulièrement touchée. J’ai beaucoup aimé l’idée de la peinture sur plexiglas et le sujet urbain a fini de me séduire. Evidemment.

Et puis j’ai été ravie de revoir les oeuvres de Nathalie Cohen qui excelle dans l’art cinétique que j’adore et qui me transporte depuis toujours. Je ne manque jamais d’admirer les tableaux de cette artiste qui honore St-art de sa présence année après année.

S’est également confirmé mon goût pour la peinture en noir et blanc et pour celle qui révèle la réalité presque comme le ferait une photo.

J’ai adoré ma déambulation au milieu des innombrables oeuvres exposées, j’ai aimé discuter avec quelques galeristes (ils ne sont pas tous très abordables hélas…) et puis j’ai toujours cette envie d’un jour acquérir un tableau ou une photo mais pour ça il va falloir que je fasse grossir mon budget. Celui que j’avais prévu cette année n’était pas du tout à la hauteur de mes ambitions !

Et puis surtout il faudra que je prépare mieux ma démarche d’achat. Eh oui, acquérir une oeuvre demande une certaine discipline ou tout du moins un certain travail en amont.