Art et… industrie !

Je travaille dans le milieu industriel. J’aime l’art. Et l’entreprise que j’ai intégrée il y a peu aussi. Alors oui, art et industrie sont compatibles, ce qui n’est pas évident au premier coup d’oeil.

C’est ce lien que s’attache à mettre en lumière L’Industrie Magnifique, un mouvement pluridisciplinaire qui associe artistes, entreprises et institutions. Concrètement, les oeuvres ont pris possession de places publiques de Strasbourg, faisant de la ville une galerie d’art à ciel ouvert.

24 artistes et 24 entreprises alsaciennes se sont engagés dans cette aventure et ont collaboré à la création de 24 oeuvres. Les industriels ont ouvert leurs ateliers à des artistes pour partager leurs compétences, leurs moyens et leur vision de l’art.

Le parcours dans la ville a permis au promeneur curieux de flâner de place en place et de découvrir des oeuvres variées, telles que des sculptures, des dessins, des photos, des vidéos. La manifestation proposait également des animations, des conférences et des rencontres (auxquelles je n’ai pas participé).

J’ai apprécié cette déambulation dans la ville, sous un généreux soleil qui plus est. J’ai aimé certaines oeuvres, je suis restée circonspecte face à d’autres et j’ai vraiment été touchées par certaines.

La vidéo dont est extraite l’image qui illustre ce post fait partie de mes coups de coeur. Et c’était pas gagné d’avance, moi qui suis en général assez hermétique à la vidéo. Mais Pixis, installée sous un dôme clos, avec sa musique lancinante et ses images hypnotiques m’a littéralement transportée. J’ai visionné cette vidéo 2 fois de suite tellement j’avais envie de faire durer ce moment dont on a pu profité, confortablement couché sur d’énormes coussins !

J’ai vu ma ville sous un autre jour, embellie ou bousculée par certaines créations. J’ai aimé cette approche qui fait la part belle à deux univers que j’apprécie et qu’on pourrait croire éloignés. Plus éloignés qu’ils ne le sont en réalité. Bref, j’ai fait une chouette déambulation, le nez au vent et les yeux grand ouverts.

Et puis je dois dire que je suis assez fière d’avoir vu une oeuvre offerte au regard et à l’appréciation grand public et que j’ai la chance de voir au quotidien, sur mon lieur de travail !

Les petits bonheurs # 73

On est lundi, il est plus que temps que je vous parle de mes petits bonheurs de la semaine dernière !

Je me suis réveillée à la campagne.

J’ai croisé Pascal, un ancien collègue, à la gare. J’ai pris le train avec Catherine et Shelby, leur présence rend bien plus sympathiques les trajets pour aller au travail.

Un dossier important s’est peut-être débloqué au bureau. En tout cas on y a tous travaillé, en équipe.

J’ai gagné mon 3è et dernier match de poule et j’ai battu une joueuse mieux classée que moi au tour suivant ! C’est ce qu’on appelle une perf ! Autant vous dire que j’étais contente et fière de mes prestations sur le court. Viviane est venue me soutenir au bord du terrain. Sympa !

J’ai vu une cigogne au centre ville.

J’ai pris le TGV et le métro.

J’ai passé une belle journée à Roland Garros, par un temps parfait, ni trop chaud, ni trop froid. Cette année c’est ma maman qui m’a accompagnée. Elle a apprécié l’ambiance, le spectacle et le site. J’ai adoré partager cette journée avec elle.

J’ai dîné à Roland Garros, j’ai pris un petit-déjeuner à Saint-Germain-des Prés et un café à Opéra.

J’ai flâné au jardin du Luxembourg, à la Concorde et place Vendôme.

Cette semaine a donc largement été placée sous le signe du tennis et j’adore ça !

# 21 – Soleil

Voilà à quoi je pense quand on évoque le soleil.

Car oui, avec mes yeux et ma peau clairs (et mon goût très modéré pour la chaleur), soleil est synonyme de protection absolue et obligatoire.

Mon attirail se compose le plus souvent de lunettes évidemment, d’un joli éventail et d’une bonne crème solaire auxquels j’ajoute une casquette dans le cas où je sais que je vais rester statique un long moment et une bouteille d’eau bien sûr.

Les petits bonheurs # 72

Dimanche soir, le temps est venu de revenir sur ce qui m’a fait plaisir au cours des 7 derniers jours.

Comme l’année dernière, j’ai passé 2 jours aux Internationaux de Strasbourg, l’un en solo et l’autre avec Muriel et Viviane. J’ai vu de beaux matchs lors de la dernière journée du premier tour, avec notamment Dominika Cibulkova, Chloé Paquet, Pauline Parmentier et Samantha Stosur. Et puis j’ai assisté à la finale qui a couronné Anastasia Pavlyuchenkova après 3:30 de jeu et… 3 tie breaks !

J’ai apporté mon soutien à Sophie, ma gentille collègue qui a craqué ces dernières semaines, certes, mais qui a aussi en train de faire avancer les choses.

J’ai apprécié d’entendre les oiseaux au bureau.

J’ai gagné mon 2è match de poule. Je me suis imposée après 3 heures de jeu, 3 sets dont 2 tie breaks et… à la tombée de la nuit ! J’ai fait un bon debriefing de ce match avec mon coach qui m’a félicitée pour cette nouvelle victoire.

J’ai profité de la carte cadeau offerte par mes anciens collègues pour me payer une jolie brassière.

Mon amie Aurélie a eu un award. Elle a été récompensée pour son travail et c’est d’autant plus mérité qu’elle a traversé une période difficile il y a peu au bureau.

J’ai vu Shelby deux fois dans la même journée. J’ai passé une agréable soirée avec Muriel et une autre avec Jean, Katia et Maman pour le premier barbecue de la saison.

J’ai mangé les premières cerises et les premières fraises de l’année et j’ai pris un café avec Maman, avant d’aller au bureau. J’ai mangé un bon café liégeois aussi. Et j’ai bu du crémant.

C’était ma fête et plusieurs personnes me l’ont souhaitée. Je suis toujours (agréablement) étonnée de ça.

J’ai regardé les premiers matchs de Roland Garros à la télé.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui mais c’est déjà pas mal, non ?

Lui & Nous

Après le concert de la tournée & auquel j’ai assisté il y a un peu plus d’un an, j’ai eu le plaisir et le bonheur de revoir Julien Doré sur scène récemment, dans une tout autre ambiance.

La tournée Vous & Moi, la version acoustique de sa grande soeur, investit des petites salles et laisse la part belle à la douceur, tant musicalement que visuellement.

Autre particularité de cette tournée : la première partie est assurée par un « inconnu », un artiste local, à qui Julien Doré offre une scène ouverte et une belle exposition.

A Strasbourg c’est Deborah qui a été retenue, accompagnée de sa harpe, pour un pur moment de grâce, en parfait accord avec le concert qui allait suivre. Elle a eu le privilège de partager un duo harpe – guitare avec Julien Doré pour conclure sa prestation et emmener le public vers l’univers de la « star ».

Ce concert était placé sous le signe de l’échange (Julien Doré parle beaucoup entre les chansons !), de l’humour et de l’autodérision (il y a notamment une histoire de roux qui m’a fait plus que sourire), de la poésie et de la bienveillance (comme d’habitude, j’ai envie de dire).

J’ai aimé ce décor intimiste et chaleureux, parfaitement en accord avec la douceur des mots et des notes. J’ai adoré l’interprétation inédite de chansons maintes fois écoutées et entendues mais qui ont trouvé une nouvelle identité, une nouvelle tonalité.

Julien Doré a partagé une chanson au milieu de son public (et même à un mètre de moi. Mode groupie on !), a fait rire et sourire son auditoire, a insufflé de la simplicité dans sa relation et ses échanges avec les autres. Il a mis de la poésie dans les coeurs, il a encouragé un public éclectique à se joindre à lui pour donner de la voix et a charmé tout le monde, je crois.

Le concert s’est conclu avec la présence du fameux panda sur scène, dans la lumière alors que Julien Doré avait rejoint la pénombre du décor pour s’effacer, préparer sa sortie en quelque sorte.

Une fois de plus, le talent et l’originalité de cet artiste m’ont touchée et j’ai eu des papillons dans la tête et dans les yeux bien après la dernière note.

Merci Julien pour ce merveilleux moment hors du temps !

Les petits bonheurs # 71

Voilà encore une semaine qui a filé ! Et voici ce que j’en retiens.

Je me suis réveillée à la campagne à 2 reprises et j’ai dîné sur la terrasse.

J’ai eu le premier numéro de mon abonnement à Glamour. Et j’ai eu un nouveau numéro de Tennis Magazine (mais je ne sais toujours pas qui m’a abonnée à cette publication. Mystère…!).

J’ai bu du Pulco tout en repensant au bon moment que j’ai passé avec Deedee il y a quelques mois.

J’ai récupéré ma raquette qui devait être nouvellement cordée.

J’ai croisé Catherine, une ancienne collègue.

J’ai rencontré des collègues sur un autre site. J’ai eu une bonne discussion avec Julien et avec Sophie. Et j’ai posé mon premier jour de congé.

J’ai entendu des grillons qui ont donné un air de vacances à l’apéro !

J’ai regardé (distraitement) le mariage de Harry et Meghan à la télé. C’est mon côté midinette !

J’ai renoué avec la victoire en battant Vanessa (qui travaille dans la même entreprise que l’homme que j’aime) (le monde est petit). Mon coach m’a félicitée pour cette victoire, m’a encouragée pour la suite et m’a donné de précieux conseils pour les 2 autres matchs de ma poule.

Je vous souhaite une bonne soirée et un agréable jour férié demain.

# 20 – Gallinacé

Mon papa (chéri) avait pour habitude de dire qu’on trouve tout à Paris. Eh bien moi j’étendrais cette maxime à la ville en général.

Quand j’ai découvert le thème de la semaine, je me suis tout d’abord dit « ouh la la… pas facile de dégoter un tel animal en ville… il va falloir que j’aille à la campagne pour relever le défi… ».

Et puis j’ai un peu oublié l’affaire. Jusqu’à ce que, très naturellement, je pense à ce coq qui niche à quelques centaines de mètres de chez moi, en plein centre-ville quoi !