La danse en mots et en amour

J’aime la danse et les danseurs. Alors j’ai sauté sur l’occasion d’aller à la rencontre de Marie-Claude Pietragalla quand j’ai eu vent de sa venue à Strasbourg, dans le cadre des Bibliothèques Idéales.

En toute logique c’est à la Cité de la Musique et de la Danse que j’ai eu le bonheur de découvrir le parcours et le travail de cette danseuse exceptionnelle qui était accompagnée par Julien Derouault, l’homme qui partage sa vie.

Pietra (c’est ainsi que tout le monde l’appelle) a commencé par évoquer ses débuts, lorsqu’elle était une enfant dont l’énergie avait besoin d’être canalisée et qui devait lutter contre sa timidité. Elle a expliqué comment sa mère l’a poussée sur la voie de la danse, comment elle a intégré l’Opéra de Paris à 9 ans, après une sélection qui a retenu 15 candidates sur 400 et alors qu’elle n’avait pas du tout les codes de cette institution. Et comment elle est passée pro à 16 ans à peine.

Et puis elle nous a raconté les rencontres importantes de sa vie, des rencontres avec des hommes, principalement.

Elle a évoqué Rudolf Noureev et Maurice Béjart qui ont, selon elle, remis les danseurs à la hauteur des danseuses. Noureev a bousculé la technique classique française, ainsi que le répertoire en créant un univers plus contemporain qu’auparavant. Pour lui, la danse était bien plus grande que les danseurs et c’est dans cet esprit que ce grand chorégraphe est parti à la conquête du monde. Béjart à quant à lui été un précurseur de la danse contemporaine.

Elle a également mentionné Roland Petit à qui elle a succédé à Marseille et Patrick Dupont, un danseur instinctif, qui l’a nommée danseuse étoile.

Pietra a fait ses premiers pas de chorégraphe à Marseille, où elle a rencontré Julien Derouault, sur un spectacle qui traitait… du couple ! Julien, non sans humour, a reconnu qu’il est resté dans la compagnie par curiosité pour ce que la nouvelle chorégraphe allait créer. Rapidement ils ont formé un couple à la ville comme à la scène, partageant à la fois la création et le poids de l’administration française ! Il apparaît au fil de la discussion que leur coup de foudre (et puis ensuite leur amour) a, de manière évidente, été enrichi par la danse.

Leur double regard sur la danse a abouti à la création de leur propre compagnie, Le Théâtre du Corps. Cette compagnie indépendante travaille sur l’humain, sur ce qui le constitue et sur ce qu’il vit et intègre les nouvelles technologies dans les spectacles (3D notamment).

Les deux chorégraphes ont parlé de l’exigence totale que requiert leur discipline, de la douleur permanente, cette compagne du quotidien mais dont ils ne font pas le sujet principal. La douleur fait, selon eux, partie de la conquête. Tout comme le rêve crée le réel. J’adore l’idée !

J’ai aimé l’approche de leur travail selon laquelle il faut contrer notre société qui ne parle plus des gens et des corps. Les deux chorégraphes travaillent pour remettre au centre de la vie les artistes et les ouvriers et pour que la société ne parle plus uniquement de culture et d’économie en oubliant les êtres humains qui les font exister.

Les extraits qui ont ponctué la rencontre, très impressionnants et très novateurs m’ont plongée dans un univers qui m’a absolument séduite et ma nouvelle envie est désormais de voir un spectacle créé par Le Théâtre du Corps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s