Dans mon coeur

Papa est parti il y a 2 ans…

Quand je pense à lui, autant dire tous les jours, j’ai la sensation que le temps s’arrête et pourtant je dois admettre que la vie a continué depuis son décès. Et même que la vie a filé. Et cette perception contradictoire du temps est un peu troublante.

Je ressens le manque, souvent. Evidemment. Il y a tant de choses dont on aurait pu discuter, tant de moments qu’on aurait pu partager durant ces deux années. Et puis je ressens aussi quelque chose qui me porte, une présence bienveillante. Je crois que ça s’appelle l’amour.

Les gens ne meurent que si on les oublie. Papa n’est pas mort, oh non.