Où en sommes-nous ?

DSCN2763

Un mois a passé depuis l’attentat de Charlie Hebdo qui a été suivi deux jours plus tard par l’attentat du supermarché casher. Un mois a passé depuis cette déflagration, cette abomination…

Depuis tout ce temps j’ai suivi les analyses des spécialistes à la télé et à la radio, j’ai pleuré à chaque fois que Patrick Pelloux a pris la parole, j’ai lu pas mal d’articles sur le parcours des terroristes, de leur enfance à leur mort. J’ai aussi regardé avec circonspection (c’est rien de le dire) la ruée sur le numéro 1178 de Charlie Hebdo, le numéro des survivants et… je n’ai pas participé à la fameuse marche du 11 janvier parce que je n’ai pas ressenti le besoin d’exprimer ma douleur et mon indignation au milieu de gens qui retourneront à leur individualisme sitôt le soir arrivé…

Depuis un mois je me demande comment je pourrais m’engager pour que mon pays aille mieux, pour que la vie soit plus douce pour les moins nantis d’entre nous… Non pas que je me sente forte, loin s’en faut, mais parce qu’être citoyenne française, au-delà du droit de vote que cela me confère, devrait me pousser à faire quelque chose pour les autres. Je n’ai pas encore trouvé la cause pour laquelle j’ai envie de me bouger mais l’aide à l’apprentissage de notre belle langue me plairait beaucoup. Il faut que je creuse cette idée. Parce que je crois profondément que les mots conduisent vers le libre-arbitre, la réflexion, tout ce dont les 3 terroristes du mois de janvier étaient cruellement dépourvus…

Personnellement j’ai perdu une part de mon insouciance le 7 janvier. Et j’en veux aux terroristes… Mais j’essaie de faire sortir quelque chose de positif de ce triste épisode de l’histoire de mon pays que j’aime tant…

Et vous, comment vous sentez-vous depuis les attentats ? Avez-vous changé des choses dans votre quotidien ? Avez-vous de nouvelles convictions ?

2 réflexions sur “Où en sommes-nous ?

  1. Je me retrouve beaucoup dans tes propos. Ces attentats m’ont réellement touchée et je me sens différente depuis, comme une sorte d’insouciance qui s’est envolée. Je me dis que rien n’est gagné et qu’on doit se battre chaque jour pour garder notre liberté de penser et sensibiliser les autres à ce droit fondamental.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s